dimanche 30 décembre 2018

Les mille vies d'Iréna


Historique/Biographie
Editions Belfond
Parution : 2018
382 pages


En 1942, alors que Varsovie est plongée dans la terreur et que tous les Juifs de la ville sont parqués dans le ghetto où ils tentent désespérément de survivre, une jeune femme au caractère bien trempé va faire preuve d'un courage exceptionnel : Irena Sendler. 

En tant qu'agent des services de santé publique, Irena est l'une des très rares non-Juives autorisées à se rendre quotidiennement au cœur du ghetto. Bravant tous les risques, elle se lance alors dans la dangereuse construction d'un réseau de résistance afin d'exfiltrer les enfants juifs, allant même jusqu'à lister secrètement le nom de ceux qu'elle réussit à mettre à l'abri. À elle seule, Irena Sendler aura sauvé 2 500 vies. 

Dans le ghetto de Varsovie, quatre-vingt-dix pour cent des familles ont péri.


Irena Sendler est une figure de la résistance Polonaise, célèbre pour sa bravoure, ses multiples actes héroïques au cours de la seconde guerre mondiale ont permis à des milliers d'enfants Juifs d'être sauvés.



Dans cette biographie l'auteur retrace les différentes étapes de la vie d'Irena, l'on apprend alors qu'elle est élevée dans une famille très impliquée dans les actions sociales, son père médecin soigne principalement les pauvres et les paysans juifs. La famille vit au sein d'une banlieue ouvrière en Pologne dans laquelle la communauté juive est très présente, Irena évolue avec ses camarades et apprend même le Yiddish, malheureusement les épidémies de cette triste période emporteront son père alors qu'elle n'a que 7 ans.

Dès les premières pages nous voyons un destin tout tracé...

La vie continue, Irena grandit, fait ses études et s'engage rapidement après ses études de droit, elle rejoint le parti socialiste et s'engage au sein de l'Union Démocratique des Jeunes Polonais, c'est une jeune femme avec un sacré tempérament qui ne supporte pas l'injustice et encore moins l'antisémitisme dont sont victimes les juifs notamment de nombreux amis et camarades, elle va d'ailleurs manifester contre la discrimination faite à l'encontre des étudiants juifs à Varsovie, son audace la pousse même à se faire passer pour juive en se mélangeant aux étudiants juifs et en partageant les bancs qui leurs sont destinés.

Lorsque l'occupation allemande s'installe, Irena se lance dans l'action sociale à la mairie de Varsovie, son travail consiste à aider les pauvres, elle va au fur et à mesure monter son propre réseau avec l'aide de nombreux résistants, amis camarades, les noms sont tellement nombreux qu'il a été fastidieux de tout suivre au cours de ma lecture mais cela met en avant le travail de fourmi que toute cette organisation représentait dans une période critique où la misère faisait rage.

Lorsque que le ghetto de Varsovie voit le jour, Irena est toujours présente et ne va pas hésiter à prendre des risques au péril de sa vie pour venir en aide à la population recluse qui manque de tout et qui vit dans des conditions sanitaires effroyables. Parce qu'apporter de la nourriture ou des produits d'hygiène ne suffit plus, Irena et son groupe - en accord avec une institution pour orphelins juifs - vont créer de faux papiers pour sortir clandestinement des enfants du ghetto afin de les placer dans des orphelinats ou des familles d'accueil, 2 500 vies seront épargnées grâces à ces actions...

C'est une biographie riche et très complète que nous propose Tilar Mazzeo, bien sûr  au delà de la fierté et de la reconnaissance que l'on peut ressentir envers cette femme au cours de notre lecture, il y'a aussi le dégoût face à la barbarie et toute cette inhumanité car l'auteur nous décrit les faits pour être au plus près de la réalité, il ne nous épargne pas et c'est une bonne chose. 

Découvrir la vie d'Irena Sendler a été enrichissant pour ma part, j'aime découvrir ces
portraits de personnages forts qui ont marqué l'Histoire et dont on ne parle pas assez, l'histoire d'Irena n'a vraiment été connue qu'à partir de 1999 par un groupe d'étudiantes et leur professeur alors qu'elle a été honorée en tant que de Juste parmis les Nations en 1965.




« J'appelle tous les gens de bonne volonté à l'amour, la tolérance et la paix, pas seulement en temps de guerre, mais aussi en temps de paix. »
Irena Sendler


mardi 30 octobre 2018

Le tatoueur d'Auschwitz



Historique/Romance
Editions City
Parution : 2018
388 pages


Sous un ciel de plomb, des prisonniers défilent à l’entrée du camp d’Auschwitz. Bientôt, ils ne seront plus que des numéros tatoués sur le bras. C'est Lale, un déporté, qui est chargé de cette sinistre tâche. Il travaille le regard rivé au sol pour éviter de voir la douleur dans les yeux de ceux qu’il marque à jamais.


Un jour, pourtant, il lève les yeux sur Gita et la jeune femme devient sa lumière dans ce monde d’une noirceur infinie. Ils savent d’emblée qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Mais dans cette prison où l’on se bat pour un morceau de pain et pour sauver sa vie, il n'y a pas de place pour l'amour.



Voici l'histoire romancée de Lale déporté à Auschwitz, Lale exerce le métier de Tatoueur dans le camp, c'est un homme charitable doté d'une profonde empathie, il n'hésite jamais à aider ses compagnons de fortune et ce malgré les risques que cela comporte. Les jours passent et Lalz fait ce travail pénible en évitant le regard de ceux et celles qu'il tatoue, jusqu'au jour où son regard va croiser celui de Gita.

Pour Gita, Lale va défier la loi du camp. Alors que règnent la violence, la mort, une chaîne de solidarité va se former autour d'eux pour les aider à se retrouver, Gita bien que surprise par cette situation inattendue va avec le temps se laisser conquérir par ce prince charmant qui va lui rendre la vie un peu moins triste dans ce lieu où la mort rode en permanence et dans lequel l'avenir est incertain.

Lorsque l'amour est plus fort que la mort et toute la barbarie, lorsque la solidarité résiste à la division dans un lieu d'asservissement et de déshumanisation, quand la vie finie par triompher alors dans ce cas, il n'y a rien de plus beau, c'est une victoire

« Je survivrai, rien que pour sortir d’ici. Je sortirai d’ici comme un homme libre. »

Malgré toute la noirceur au sein du camp, l'auteur arrive à nous apporter une bouffée d'oxygène et celle-ci est d'autant plus grande quand on sait que cette histoire est tirée de la véritable histoire de Lale et Gita. Pendant plus de 50 ans Lale a gardé le secret de son activité de Tatoueur au sein du camp par peur d'être accusé de collaboration avec les Allemands, c'est seulement à la mort de sa femme qu'il est sorti de son silence.

Bonne nouvelle : Les droits d'adaptation de ce livre ont été achetés par la société de production Synchronicity Films, avec une série diffusée à l'international en vue.



samedi 13 octobre 2018

Le pays des contes Tome 6 : La collision des mondes


Jeunesse/Fantastique
Editions Michel Lafon
Parution : 2018
328 pages


Alex a disparu ! Pire, le sortilège de la sorcière Morina l’a transformée en enchanteresse maléfique. Cela ne pouvait tomber plus mal, car la brèche entre le Pays des contes et notre monde est désormais ouverte : héros comme vilains peuvent passer de l’un à l’autre selon leur bon vouloir.
Alors que New York découvre avec stupeur l’existence de la magie, Conner, aidé de Rouge, Boucle d’or, Jack et de son armée littéraire, doit à tout prix libérer sa sœur. Car seuls les jumeaux peuvent affronter la plus grande menace qui ait jamais existé. Une menace qui plane de toute sa noirceur sur l’ensemble les mondes…


Nous y voilà, ce dernier tome signe la fin des aventures de Conner et Alex au pays des contes mais aussi la fin d'une saga qui a su être à la hauteur jusqu'au bout. C'est avec plaisir et beaucoup d'impatience que j'ai dévoré chacun des tomes ces 5 dernières années, cela fait donc un p'tit pincement mais comme dit le diction "toute bonne chose à une fin".

Dans ce dernier opus nous retrouvons Conner âgé de 80 ans, en pleine séance auprès de ses lecteurs pour répondre à leurs question, l'une des questions tournée vers sa sœur jumelle va lui faire se poser cette question : "Quand a-t-il vu Alex pour la dernière fois?". Sa mémoire lui faisant défaut il décide de se replonger dans ses livres pour avoir une réponse, une plongée qui va se révéler riche en rebondissements, attention aux yeux !

Pour clore cette super saga féerique, Chris Colfer a semé tout un tas de rappels des tomes précédents qui ont forcément un goût de nostalgie pour le lecteur, mais il y a aussi fait passer des messages forts tels que la mort, le droit d'être imparfait, le droit à l'erreur...

"Le seul pouvoir que nous ayons sur la mort, c'est la façon dont on choisit de la définir. Personnellement, quand quelqu'un meurt, je ne crois pas qu'il ou elle cesse d'exister. Les gens que nous aimons le plus resteront à jamais vivants, grâce aux histoires que l'on raconte et aux souvenirs que l'on partage. Tant que nous gardons ceux que nous aimons dans notre cœur, leur cœur continue de battre à travers le nôtre."

Ce genre de messages que doivent entendre les plus jeunes résonnent encore plus  lorsqu'ils sont traités en littérature, je dirais que c'est une grande qualité chez Chris Colfer qui su taper là où personne ne l'attendait. Il nous a non seulement créé un univers coloré, majestueux mais aussi un récit de qualité de part sa plume qui nous emporte à chaque fois. 

Pour conclure, le pays des contes est une saga qui ne s'est jamais essoufflée, il y'a eu des tomes plus addictifs, mais à peu de chose prêt cette saga a su garder un équilibre, et surtout une qualité d'écriture ce qui n'est pas souvent le cas dans les longues sagas. Les jumeaux Bailey sont de formidables personnages, attachants, et ces nombreuses plongées au cœur des contes ont été un vrai régal et un vrai retour en enfance. Je ne sais pas ce que va valoir le film qui était annoncé, ça fait un peu peur mais pourquoi pas ? Je pense que Chris Colfer n'a pas fini de nous décevoir, je ne serai pas même pas surprise de voir arriver une nouvelle saga ! 

mercredi 3 octobre 2018

Trauma Zéro



Thriller
Editions De Saxus
Parution : 2018
378 pages


2025, l'euthanasie vient d'être légalisée. Gabriel, un jeune docteur talentueux, va profiter de cette opportunité pour assouvir ses pulsions criminelles. Ses proies seront les personnes en fin de vie, mais leur mort sera tout sauf paisible.


Dans le même hôpital, Maddy, une psychologue, a mis au point un système expérimental destiné à effacer les traumatismes des patients de leur mémoire. Mais suite à un accident, le projet a été suspendu. Elle demande alors à Hank, un confrère, de l'aider à remettre le programme sur pied, mais ce dernier refuse. 


Peu à peu, Maddy a des doutes sur le comportement de Gabriel vis-à-vis des patients, et un jour, elle le prend en flagrant délit de tentative de meurtre. Sa réaction sera pour le moins inhabituelle...




En matière de Thriller on peut dire que les éditions De Saxus gèrent plutôt bien et pour cause : ils savent sélectionner des auteurs qui valent le détour et ça, c'est le summum du top. Trauma Zéro est le 2 ème livre que je lis de cette maison d'édition, c'est un thriller qui vous fait tourner la tête à mesure que vous avancer dans le récit mais surtout qui exploite un sujet complexe qui se trouve au cœur de tous les débats en France  : l'euthanasie. On peut dire que l'auteure, Elly Rosemad a visé juste, parce que qui dit sujet complexe et surtout acte médical non légalisé (actuellement) et controversé dit que c'est particulièrement alléchant.

En 2025, l'euthanasie est officiellement légalisée, nous faisons la connaissance de Gabriel médecin anesthésiste/chercheur à l'origine du plan "euthanasie pour tous", eh oui le "pour tous" est remixé à toutes les sauces, j'avoue le terme m'a fait sourire, mais dans cette histoire c'est une réalité toute personne malade en fin de vie a le droit d'être euthanasiée même si elle n'a pas les moyens

Dès le début on sent que Gabriel va être un personnage important de l'histoire, il sait en imposer mais surtout il a en lui une faille majeure que ses collègues ne suspectent pas, si Gabriel porte le nom d'un ange, il est loin d'en être un au vu du sadisme dont il fait preuve. Et puis il y'a la jolie Maddy, psychologue et collègue de Gabriel, femme fragilisée par un passé douloureux continuant de la torturer qui un jour va découvrir le pot aux roses et va en profiter pour faire pression afin d'obtenir ce qu'elle souhaite : la remise en route de son projet malheureusement suspendu à cause du décès d'une patiente.

Jusque là on peut se dire qu'on a de quoi faire pour faire un beau duo de Bonnie & Clyde mais c'est sans compter Hank père de Gabriel et amant de Maddy qui n'est pas en reste concernant les mystères et Eissemme qui sévit dans l'ombre en tuant des prostitués dans son repaire au nom de l'Eternel.

Ce que j'ai adoré dans ce thriller c'est que l'auteure prend son temps pour poser le décor et inoculer une atmosphère tendue, malsaine, on se dit que ça peut péter d'un moment à un autre, il faut rester sur le qui vive et ne rien louper tellement le contenu de l'histoire est riche. 

Riche grâce à des personnages hors normes, torturés pour de multiples raisons et ayant tous en point commun : la détermination. Grâce aux nombreux mystères qui planent, à la présence de 3 personnages qui nous fait nous questionner quant à leurs rôles auprès de Gabriel et Maddy, comment, pourquoi?? Et pour finir le must c'est l'action, pendant 378 pages, on alterne entre les personnages, ce qu'ils sont, ce qu'ils font, les pièces du puzzle s'emboîtent, il n'y a pas de moment de répit, c'est sans pitié et c'est un régal! 

Elly Rosemad signe là, un thriller qui envoie de l'hémoglobine, avec des personnages machiavéliques qui savent vous marquer, le réalisme des scènes de meurtres est glaçant et très imagé, ça fait froid dans le dos, c'est addictif et très réussi étant donné le thème abordé, les fans de Dexter vont avoir l'eau à la bouche !


mardi 11 septembre 2018

Psychologues du crime


Témoignage
Editions Fayard
Parution : 2018
272 pages


Ce mardi 22 février, au petit matin, une dépanneuse tracte une Peugeot 405 beige hors des flots de l’Yonne. L’habitacle est vide mais la voiture est connue des services de police. C’est celle de Marie-Laure que toute la région recherche.

Dix jours plus tard, un corps féminin dérive, dos face au ciel. La jeune fille est identifiée et les résultats de l’autopsie révèlent qu’elle a été assassinée.
Pour cette affaire, comme pour les quatre autres révélées dans ce livre, la police fait appel à deux psychocriminologues afin d’aider ses enquêteurs : Florent Gathérias et Emma Oliveira. Suivant leur rigueur méthodologique sans cesse renouvelée, les deux professionnels ont pour mission de traquer les détails permettant de cerner la personnalité du criminel.



La psychocriminologie aussi connue sous le terme "profilage" est une méthode permettant aux enquêteurs de déterminer le profil psychologique d'un criminel. Florent Gatherias et Emma Oliveira reviennent sur 9 années durant lesquelles ils ont eu l'occasion de participer à diverses enquêtes.

Le tueur de l'Essonne, le violeur des balcons, le cadavre du bois de Phalempin, Affaire Mérah... à travers ce témoignage les auteurs nous confrontent à la crudité de leur métier sans pour autant livrer de détails choquants. Ainsi nous découvrons le travail de fourmi que nécessite le métier de psychocriminologue  et ses fondamentaux : l'art de comprendre les crimes et leurs motivations, l'immersion dans l'esprit des criminels, un travail de longue haleine, minutieux mais surtout précieux qui permet de résoudre de nombreuses enquêtes, notamment des cold cases datant de plusieurs décennies. 

Ce métier est connu grâce aux séries que nous pouvons voir à la télé mais comme dans toute fiction il y'a un décalage avec la réalité. En france, être psychocriminologue c'est marcher sur des oeufs, en effet certains policiers restent réticents quant à l'approche de la psychocriminologie malgré qu'elle ait démontré ses atouts et cette branche est dépendante "des utilisateurs finaux et de ses prescritpeurs", une autre des raisons majeures  est : les restrictions budgétaires...

Emma Oliveira et Florent Gatherias nous offre une superbe immersion au sein de leur profession passionnante, leur but en écrivant ce livre était d'expliquer le cœur et le corps de leur métier tout en lui donnant du sens sans avoir la prétention de dire que la psychocriminologie apporte toutes les réponses à la justice ou à la société, c'est très réussi!

vendredi 7 septembre 2018

Mille petits riens


Contemporain
Editions Actes Sud
Parution : 2018
592 pages


Ruth Jefferson est sage-femme depuis plus de vingt ans. C’est une employée modèle. Une collègue accommodante. C’est aussi la seule afro-américaine de son service. Le jour où un couple de suprémacistes blancs demande à ce qu’on lui interdise tout contact avec leur bébé, Ruth est choquée de voir sa hiérarchie accéder à leur requête. Quand le nourrisson décède quelques jours plus tard, c’est elle qui est pointée du doigt. Accusée de meurtre, Ruth va devoir répondre de ses actes devant la justice.



Wahou, wahou et une énième fois wahou, Jodi Picoult a encore tapé fort et c'est peu de le dire. Aborder les sujets sensibles et complexes c'est son domaine et elle est l'une des meilleur(e)s auteur(e)s qui sache aussi bien parler d'un sujet ardu qui ne peut être mis entre toutes les mains mais qui pourtant devrait être acquis de tous... !

Attention durant presque 600 pages, vous allez passer par tout un panel de sentiments, bons ou mauvais, vous allez être par moment écœurés et d'autre pleins d'espoir, vous allez accompagner Ruth dans une ambiance tantôt oppressante, malsaine, anxiogène tantôt bienveillante, fraternelle et pleine d'humanité, une chose est sûre c'est que ce roman qui se situe au cœur de l'actualité résonnera en vous pendant longtemps, j'ose même espérer qu'il pourrait bousculer les consciences et ainsi réveiller les esprits les plus étriqués. L'espoir fait vivre, non ? Commençons...

Jodi Picoult procède toujours de la même façon, avec ses romans chorales elle laisse la parole à ses personnages ainsi à tour de rôle, nous faisons la connaissance de Ruth Sage-femme depuis 20 ans dont la seule faute est d'être noire. Turk père de l'enfant décédé suprématiste de la première heure (qui vous donnera la nausée). Kennedy  l'avocate de Ruth bien décidée à mener à bien cette affaire, elle qui jusqu'à présent n'avait jamais eu de gros dossier. Tous les 3 vont nous apporter des informations autour de cette affaire et vont nous aider à comprendre, ou du moins essayer, ils nous parlent de leur vécu, reviennent sur leur passé, ce qui leur a été inculqué. Une occasion de mettre en avant que l'éducation est importante et que c'est grâce à elle que nous avons des valeurs, une ouverture d'esprit, en fin de compte nous sommes tels que nous avons été formatés et parfois il peut y'avoir des répercussions.

En publiant cet énième roman, l'auteur prouve encore une fois tout son talent non seulement à aborder des sujets lourds mais à se mettre dans la peau de plusieurs personnages et à les faire parler, on pourrait presque croire que c'est un témoignage et pour cause les inégalités raciales sont encore tellement ancrées dans notre société que ce n'est pas surprenant bien malheureusement... Il y'en a tellement à dire et encore tellement à faire ! En bref, jetez vous sur ce livre, il est plus que nécessaire et profondément bouleversant.

dimanche 2 septembre 2018

Il y'a quelqu'un dans la maison


Témoignage
Editions Michel Lafon
Parution : 2018
264 pages


Patricia Darré a déjà évoqué dans plusieurs livres les rapports avec l'au-delà que son don de médium lui permet d'entretenir. 

Elle aborde ici le cas des maisons " hantées " dans lesquelles elle a été amenée à intervenir. Avec prudence ! Elle sait bien que l'esprit humain est capable de créer des visions qui sont plus du domaine des psys que du sien. Mais elle sait par ailleurs que certaines âmes, restées bloquées à l'heure de leur mort, continuent d'errer dans des demeures dont elles se croient encore propriétaires, faisant parfois vivre à leurs habitants un enfer... 



C'est le nouveau livre de Patricia Darré qui aura ré-ouvert le bal de la lecture numérique avec ma nouvelle liseuse, et j'en suis ravie car le sujet abordé dans ce témoignage m'intriguait particulièrement.

Qui n'a jamais regardé de films d'horreur ayant pour thème une maison hantée? ou même qui n'a jamais entendu de bruits étranges dans sa maison? Le paranormal est aussi frissonnant que fascinant et les maisons hantées sont sources de curiosité, Patricia Darré nous présente plusieurs cas de lieux occupés tout en nous donnant des explications, en faisant la part des choses entre l'imagination et la réalité mais surtout au-délà du spiritualisme, en nous laissant le choix d'y croire ou pas.

Chaque maison a son histoire et chaque personne qui passe dans ce lieu laisse une emprunte quelle qu'elle soit. A travers l'expérience de l'auteure on s'aperçoit que de simples travaux comme une mur démoli, une habitation modifiée, un ancien objet rapporté d'une brocante appartenant  à une église... peuvent mettre le chaos au sein d'une famille et nuire gravement à la santé des victimes.

Patricia Darré nous présente là un excellent témoignage qui permet de remettre les choses à leur place et de ne plus avoir l'image de la maison hantée que l'on peut voir à travers certains films. Ces lieux chargés d'histoire nous sont décrits avec délicatesse sans apporter de jugement, on sent que l'auteur maîtrise bien son sujet et que sa démarche auprès des victimes est toujours bienveillante. Si vous êtes intrigué(e)s par ce sujet, je vous invite vivement à acquérir cet ouvrage très complet qui saura sûrement répondre à vos questions ou tout simplement à votre curiosité.


mardi 21 août 2018

Baby Doll


   Hollie Hoverton

Thriller
Editions Mazarine
Parution : 2018
368 pages



Tenue en captivité pendant 8 ans, Lily est passée d'une adolescente à une adulte dans une petite prison d'un sous-sol. Sa fille Sky a été captive tout sa vie. Mais un jour, son ravisseur laisse le verrou ouvert leur permettant de s'enfuir vers la famille de Lily.

Mais les choses ont changées depuis 8 ans...



L'histoire débute lorsque Lily s'enfuie avec sa fille Sky après 8 ans de captivité, 8 années durant lesquelles Lily a été coupée du monde, de sa famille mais surtout de sa soeur jumelle Abby.

Dès les premières pages, le ton est donné et on sait pertinemment que la suite qui nous est réservée ne va pas être de tout repos. Lily est de retour et doit donner des explications aux autorités, l'enquête démarrée 8 ans plus tôt a stagné durant toutes ces années, l'heure est donc venue de tout reprendre à 0. Nous suivons de près le retour de Lily auprès de sa famille, bouleversement total après 8 ans d'absence car si sa vie est restée en suspend (malgré la naissance de Sky)pendant toutes ces années, sa famille elle a subi moult changements. 

Ce n'est pas un secret j'adore ce genre de thriller, ou tout démarre sur les chapeaux de roues sur un rythme effréné, les pages se tournent sans que l'on ne s'en aperçoive, l'intrigue tient en haleine et il y'a toujours un rebondissement pour tenir la cadence. La force de ce thriller est l'alternance des points de vue, Lily, abby, leur mère ect.. chacun vont à leur tour s'exprimer sur le présent mais aussi le passé, les changements qui ont eu lieu au cours de ces dernières années, une belle dose d'émotions palpable mais ce qui a de plus beau c'est le lien qu'il y'a entre Lily et Abby, ce lien indéfectible qui lors de leurs retrouvailles nous envoie une bonne dose d'oxygène dans la tronche! L'auteur nous décrit merveilleusement la relation gémellaire,  et on comprend pourquoi : elle même a une sœur jumelle.

En conclusion c'est un thriller addictif qui m'a tenue en haleine. Malgré que le sujet de la disparition a été x fois traité et  de plusieurs manières l'auteur a su apporter sa touche c'est ce que j'ai vraiment apprécié après tous les éléments positifs mis en avant plus haut. Hollie Overton nous décrit parfaitement les rouages de l'enlèvement, de la réapparition des vicitimes mais surtout elle met en exergue les ravages que les familles subissent lorsqu'un tel événement se produit.

dimanche 8 juillet 2018

L'académie des âmes abîmées

   


 Thierry Cohen
Comtemporain
Editions Plon
Parution : 2018
416 pages


À l’Académie des Âmes Abîmées, réparer les vivants est un enseignement, une vocation. Mieux : une mission.

Quand Lana et Dylan, deux adolescents en perdition, y sont recueillis, ils sont loin d’imaginer ce qui les attend. Blessés par la vie, perdus dans un monde de haine et de violence, ils vont tenter de se reconstruire. Mais peut-on retrouver confiance un jour après avoir survécu à de tels drames ? Et quel rôle leurs parrains, Dimitri et Romane, joueront-ils dans la reprise en main de leur destin ?



Les livres de Thierry Cohen sont pour moi une valeur sûre, j'y trouve à chaque fois mon compte sans aucune déception. L'avant dernier livre Avant la haine avait été un coup de coeur majestueux, celui-ci n'en est pas un mais je me suis tout de même régalée !

L'académie des âmes abîmées, c'est le lieu dont on a tous rêvé au moins une fois, le lieu dans lequel les personnes fragilisées par la vie peuvent renaître, apprendre et se reconstruire. Endroit idyllique voire même utopique, les jeunes entrent à l'académie pour y suivre un apprentissage durant une période déterminée, ensuite ils sont libres de retourner dans leur vie d'avant ou de rester, dans tous les cas, les bienfaiteurs de l'académie mettent tout en oeuvre pour leur assurer un bel avenir.

Lana et Dylan sont 2 adolescents ayant subi plusieurs genres de violences : harcèlement moral et sexuel, violence physique, endoctrinement via les réseaux sociaux... autant de sujets qui font echo à notre actualité, autant de maux qui vont pousser ces personnages dans leurs derniers retranchements. L'académie va être pour eux le moyen de se réparer, d'apprendre à revivre, de tisser des liens avec les autres jeunes, tous les 2 vont avoir le choix de reprendre le dessus sur cette vie qui les a malmenés.

Ce livre est une bouffée d'oxygène, qu'est-ce que ça fait du bien de se retrouver dans une histoire aussi positive, où l'humain est au coeur des préoccupations, où tout un tas de questionnements est de mise. Lorsque l'on apprend pourquoi les bienfaiteurs ont créé cette académie toute l'histoire prend son sens, et là on se dit : mais ouiii, au final c'est tellement logique et à la fois tellement beau d'avoir encore foi en l'humanité.

Thierry Cohen sait taper fort dans les sujets qu'il exploite, c'est brillantissime et encore une fois ça fait du bien de s'imaginer qu'un tel endroit pourrait exister, un endroit qui est tout le contraire de notre société qui perd peu à peu ses valeurs et son humanité... 

mardi 19 juin 2018

On m'a volé ma vie

                                                                                                          


Jaycee Dugard
Témoignage
Editions Archi-Poche
Parution : 2018
288 pages



"A l'été 1991, j'étais une enfant comme les autres. Je faisais des choses normales. J'avais des amis et une mère qui m'aimait. J'étais tout simplement comme vous. Jusqu'au jour où on m'a volé ma vie.

Je suis restée prisonnière pendant 18 ans. J'ai été un objet dont quelqu'un a usé et abusé. Pendant 18 ans, on m'a interdit de prononcer mon nom. Je suis devenue mère, et on m'a forcée à devenir une soeur. Pendant 18 ans, j'ai supporté l'insoutenable.

Le 26 août 2009, j'ai retrouvé mon nom. Je m'appelle Jaycee Lee Dugard. Je ne me considère pas comme une victime. J'ai survécu."



Un témoignage est toujours difficile à critiquer, il l'est d'autant plus lorsque c'est un témoignage qui révèle l’innommable, c'est pourquoi je ne me permettrais pas de le juger dans cet article.

Durant 270 pages Jaycee revient sur le déroulé de l'horreur qu'elle a subie. Son enlèvement, sa captivité pendant 18 ans, sa libération, elle nous dit tout sans ménagement et on peut dire que ses révélations sont pour le moins glaçantes. Tout au long de son récit une question se pose : "Comment un être humain peut-il supporter autant d'horreur?"

De 11 à 29 ans, Jaycee a été séquestrée par un couple, privée de liberté, privée de sa vie elle a dû supporter toutes sortes de sévices, les délires de son bourreau tous plus effarants les uns que les autres et aussi incroyables lorsque l'on sait que cette personne était reconnue par la justice Américaine comme étant un toxicomane chronique à déviance sexuelle. Malgré les visites suite au contrôle judiciaire mis en place, les policiers n'ont jamais découvert Jaycee et pour cause elle était retenue en captivité dans un cabanon derrière la maison.

Pour Jaycee, le but de ce témoignage est de mettre les choses au clair, elle estime que tout le monde doit savoir ce que Phillip Garrido et sa femme Nancy lui ont infligé, ce dont ils ont été capable l'un et l'autre de faire à une enfant de 11 ans et ce durant 18 ans, selon elle,  le secret n'a pas lieu d'être gardé. Ce livre a aussi été écrit pour aider d'autres victimes qui affrontent des circonstances difficiles, de les inciter à prendre la parole et de ne pas avoir honte de dénoncer lorsque des situations anormales se produisent au sein de notre société...

Effarant, brutal, ce témoignage fait réagir, il ne laisse pas de marbre. La démarche de Jaycee est noble et nécessaire, c'est une femme au courage inimaginable qui ressort de sa captivité toujours plus humaine et vivante malgré ce qu'elle a vécu, que dire à part que c'est tout simplement époustouflant !! 


samedi 19 mai 2018

Chaque jour, j'écoute battre mon coeur


Charlotte Valendrey
Témoignage/Développement personnel
Editions Cherche midi
Parution : 2018
413 pages


Comment peut-on expliquer qu’une femme dont l’espérance de vie à dix-sept ans était de six mois s’apprête aujourd’hui à fêter ses cinquante ans ? Quelle force permet de se relever, de voir une opportunité dans la difficulté ?


Charlotte Valendrey fait partie de ces femmes fortes pleine d'humilité que j'adore, chaque nouveau livre est une occasion de la connaitre davantage et de se ressourcer.

Entre livre de développement personnel et témoignage, Chaque jour, j'écoute battre mon coeur est avant tout un hymne à la vie et à l'optimisme vrai. L'auteure revient sur les épreuves qu'elle a passées : de l'annonce de sa séropositivité à sa greffe du coeur, alors que son pronostic vital a été mis à mal à plusieurs reprises, sa volonté et sa force de vivre ont toujours triomphé. A bientôt 50 ans, Charlotte fait le point tout en dévoilant ses clefs du bien-être et en nous transmettant par la même occasion une bouffée d'oxygène.

Ce livre est un condensé d'optimisme et de vie au travers des tempêtes que Charlotte a traversées. Elle nous apporte tout un tas de tuyaux qui lui ont été bénéfiques et qui l'ont aidé à aller de l'avant. Savourer le moment présent, profiter de la vie, croire en soi et se libérer de ses peurs tels sont les remèdes contre la morosité pour vivre pleinement en prenant parfois le meilleur dans ce qu'il y'a de pire. Un super moment de lecture enrichissant, qui ressource et qui fera sûrement du bien aux personnes en quête de bien-être qui auraient besoin de se recentrer !