samedi 13 juillet 2019

La tristesse des éléphants


Contemporain
Editions Acte Sud
Parution :2018
510 pages


La mère de Jenna, Alice, a disparu lorsque celle-ci n'avait que trois ans. Aujourd'hui, elle en a treize et est bien décidée à retrouver sa trace. Elle n'a qu'une certitude : jamais sa mère ne l'aurait abandonnée. Jenna se met à relire le journal de bord d'Alice, une scientifique qui étudiait le deuil chez les éléphants. Pour progresser dans sa quête, elle s'adjoint les services de Serenity Jones, une voyante qui prétend être en lien avec l'au-delà, et de Virgil Stanhope, l'inspecteur qui avait suivi l'enquête à l'époque.


J'ai mis une éternité à lire ce livre en pensant que le thème n'allait pas me plaire mais finalement un moment de faiblesse m'a fait revoir les choses d'une autre manière. Jodi Picoult, c'est le genre d'auteure qui peut traiter n'importe quel sujet, ce sera toujours une réussite, sa passion transpire et nous irradie. Voilà maintenant 16 ans que je la lis assidûment, je me répète souvent mais elle est une valeur sûre, une fois encore j'en ai eu la preuve, c'était merveilleux !

Sous forme de récit choral, Jodi Picoult traite divers sujets tournant autour de plusieurs personnages :  Jenna recherchant sa mère depuis des années, Sérenity Jones, une voyante mal réputée et l'inspecteur Virgil Stanhop abîmé par la vie. Jenna est un personnage incroyable, elle sait ce qu'elle veut et personne ne lui résiste, du haut de ses 13 ans, elle réussit à embarquer, Sérénity et Virgil dans une quête effrénée pour retrouver sa mère disparue 10 ans plus tôt. 

La cohésion qui se forme entre les personnages est aussi belle qu'inattendue, l'entente n'est pas toujours cordiale mais c'est ce qui rend les échanges plus réalistes et profonds. Cette alliance va les aider à surmonter leur passé et leurs craintes. Pour Jenna retrouver sa mère est vital, c'est le but de sa vie, c'est un personnage comme je les aime, un caractère fort, qui n'a pas peur d'aller droit au but pour obtenir ce qu'elle souhaite.

Les pachydermes étant mis à l'honneur,  en refermant ce livre, il vous sera impossible de dire que vous ne savez rien des éléphants, non seulement vous ne regarderez plus jamais de la même façon cet animal mais en plus vous vous direz que son comportement est plus humain que certains humains eux-mêmes. Jodi Picoult nous offre une véritable mine d'informations en incluant des notes prises lors des recherches d'Alice, c'est un animal noble, se rapprochant beaucoup de l'humain mais bien souvent victime de la bêtise humaine (cirques, zoo, mis en esclavage, braconnage...), j'ai beaucoup apprécié ce petit pique de rappel leur rendant justice. 

La fin quant à elle, surprend, surgit au moment où vous y attendez le moins, la surprise a été au delà de mes attentes, comme toujours c'est finement mené et tellement beau, merci Jodi Picoult ! 

mercredi 10 juillet 2019

La vampire de Barcelone


Album historique
Editions du Long Bec
Parution :2019
120 pages


1912... La jeune Terésita est enlevée dans une rue de Barcelone. Le rapt de cette fillette va émouvoir l’opinion publique et mettre la pression à Fernando De Prat, le juge d’instruction en charge de l’enquête. L’enfant est finalement retrouvée saine et sauve quinze jours plus tard. Mais pour le juge De Prat, l’enquête ne fait que commencer et ce qu’il va découvrir va lui faire perdre le peu de foi qu'il avait encore en l'humanité...


Il y'a quelques semaines, j'ai fait la découverte de cet album par hasard et par la même occasion du portrait de cette femme ayant défrayé la chronique en 1912.

Enriqueta Marti alias la vampire de Barcelone a été rendue célèbre en Espagne après s'être servie d'enfants pour commettre ses crimes. Arrêtée pour avoir séquestré et assassiné des enfants, elle était connue pour menée une double vie la nuit en créant des potions à base de sang de ses petites victimes, qu'elle vendait ensuite aux dépravés issus de la bonne société de Barcelone. 

Les auteurs de cet album ont dû mener de nombreuses enquêtes afin de démêler le vrai du faux dans l'histoire de cette protagoniste car son histoire a fait l'objet de rumeurs et a fait naître diverses légendes urbaines. S'il est difficile de connaitre la vérité, certains versions décrivent Enriqueta comme étant une prostituée qui s'est livrée à l'exploitation sexuelle d'enfants.

Dans ces pages, nous découvrons la chronologie des faits et une mine d'informations sur cette histoire qui a marqué le 20e siècle bien qu'elle ait été longtemps méconnue. Le but des auteurs n'est pas de proposer de la fiction mais plutôt de mettre en lumière ce personnage historique dans une approche objective et fidèle de toutes les facettes de ce mystérieux profil. 

Les amateurs du genre trouveront leur bonheur en découvrant cette pépite, même si je reste sur ma faim concernant les planches que j'aurais voulu plus nombreuses et développées, il est vrai que le support au début et à la fin de l'ouvrage enrichit parfaitement cette histoire diabolique.

Résultat de recherche d'images pour "la vampire de Barcelon"


mercredi 26 juin 2019

Entre les lignes



Thriller
Editions Milady
Parution :2019
376 pages


Quand Chloé Daniels ouvre les yeux, elle n’a aucun souvenir des événements qui l’ont conduite à l’hôpital. Complètement amnésique, elle ne reconnaît personne autour d’elle – ni sa famille ni son reflet dans le miroir. Elle a tout oublié, même son prénom. De retour à la maison, ses parents lui racontent peu à peu sa vie d’avant : avocate, elle était séparée d’un mari violent et mère d’un enfant… Un enfant mort, par sa faute, dans l’accident de voiture dont elle a réchappé. Pour calmer ses angoisses, Chloé peut compter sur son père, psychiatre, et sur un de ses collègues. Mais les séances d’hypnose virent au cauchemar. Quel rôle a-t-elle vraiment joué dans l’accident ? 


J'ai adoré le précédent roman de l'auteure, alors forcément, je ne suis pas passée à côté de ce titre au résumé tape à l’œil.

Nous nous retrouvons au cœur d'une énorme toile d'araignée finement tissée.  A son réveil, Chloé ne se souvient pas de l'accident, ni de sa vie d'avant, son père psychiatre décide de la prendre sous son aile et de l'aider à retrouver des souvenirs. Dans un premier temps, Chloé découvre son nouvel environnement, sa famille qui va tout faire pour lui éviter tout traumatisme mais jusqu'à quelle limite peut-on cacher les choses pour protéger un proche?

Chloé erre dans un brouillard épais et va au fur et à mesure se débattre au cœur d'une toile d'araignée qui ne se cesse de se tisser autour d'elle. Sa famille forme autour d'elle un cocon ravageur en laissant planer les non-dits, impossible de rester stoïque devant ce personnage complètement perdu qui ne demande qu'à recouvrer la mémoire après cet événement tragique.

Une fois de plus, une protagoniste amnésique mais également une fois de plus un excellent thriller psychologique qui ne se repose pas une fois commencé. A partir du reveil de Chloé, tout va crescendo, l'ambiance se fait de plus en plus pesante, malsaine, tous les doutes sont permis, mêmes les plus terribles. Si j'ai deviné une partie du dénouement, ce n'est pas le cas pour la seconde partie, c'est tragique, marquant,  saisissant, inoubliable...


dimanche 2 juin 2019

Nous, Louis, Roi


Historique
Editions L'iconoclaste
Parution :2015
214 pages


20 août 1715. Devant le bassin de Latone, dans le fauteuil à roues qu’il ne quitte plus, Louis XIV jette de la brioche à ses carpes. Ces poissons dorés sont immortels, l’émissaire du Japon le lui a juré. Pour la première fois, il songe qu’ils lui survivront. 

Depuis le début du mois, il a effroyablement maigri, et malgré la chaleur, il grelotte. L’enflure de son pied gauche a gagné le mollet, les élancements le taraudent. Les médecins ont diagnostiqué une sciatique, ils ne parlent pas de gangrène, mais au fond de lui, Louis sait. 
Le compte à rebours a commencé. Il lui reste dix-sept jours. Dix-sept jours pour faire le bilan. Solder les comptes. Avec les hommes. Avec Dieu. 



Louis XIV aussi surnommé Louis le Grand, Dieudonné ou encore Roi Soleil va assurer son règne durant 72 ans, ce qui représente le plus long règne de l'histoire de France et l'un des plus longs d'Europe et on ne peut pas dire qu'il ait été de tout repos.

Durant toute sa vie le roi a dû faire face à différentes maladies qu'il a toujours réussi à surmonter, parfois miraculeusement. Mais cette fois en cette fin août 1715, l'heure est grave, le Roi est atteint de gangrène et malgré un suivi médical drastique, rien n'y fait, Louis XIV se meurt petit à petit, le bruit court qu'il n'atteindra jamais le mois de septembre.

Nous, Louis, Roi nous embarque dans les derniers moments de ce roi qui se croyait être un dieu mais qui devant la mort n'est qu'un homme. Durant 17 jours et 17 nuits, Louis Dieudonné fait le bilan de sa vie, se remémore, se met à nu. Il nous parle de ce qu'à été son existence, de ses fidèles serviteurs, des femmes qui l'ont accompagné, des grandes batailles qu'il a menées, de ses actions bonnes ou mauvaises, c'était un roi dans l'âme, c'est ainsi qu'il a été conditionné dès son plus jeune âge.

Bien que le récit soit fictif, le discours est cohérent et nous pouvons tout à fait imaginer Louis XIV ayant ce genre de pensées au crépuscule de sa longue existence. La narration à la 1ère personne est immersive et donne l'impression de se tenir à côté de ce roi qui plus les jours passent s'en va, le roi meurt et nous sommes témoins. Passionnant, envoûtant, la découverte de cette auteure est une vraie réussite, j'en redemande !


dimanche 12 mai 2019

Sans mon ombre


Thriller
Editions l'Archipel
Parution :2019
433 pages

*

Alice a tué Célia, sa jumelle. Son reflet, un alter ego inversé dont elle enviait la vie de rêve. Alors que, célibataire, elle doit gagner sa vie en enseignant la philosophie, sa jumelle, épouse et mère comblée, mène l'existence oisive des riches, dans le luxe et un magnifique cadre de vie au bord de la mer. Mais la mort de Célia va permettre à Alice de prendre sa place.


Encore un thriller à base de gémellité vous allez me dire, eh oui encore! Bien que méfiante envers cette thématique car le sujet a été traité x fois et de toutes les manières possible, il reste des exceptions et celui-ci en fait partie.

Célia a toujours été la préférée, celle qui a toujours fait les bons choix, celle qui a le mieux réussi sa vie alors que Alice a toujours été en décalage, critiquée pour ses choix, pour ce qu'elle était. Un jour, la goutte d'eau fait déborder le vase, un mot de trop, Alice tue sa soeur et décide de prendre sa place car après tout à force de croire qu'une personne à une vie parfaite qui  ne serais pas tenté?

Un jour donc tout bascule et Alice décide de mettre en suspend sa propre vie pour intégrer celle de sa soeur. A elle la vie de famille, le mari, les enfants, la belle famille, la vie sociale, Alice doit s'adapter à chaque situation et à chaque personne, elle y arrive parfaitement et s'approprie la vie de Célia sans que personne ne se doute de rien mais le temps passe et la désillusion se fait de plus en plus sentir, après tout, la vie de Célia était-elle si parfaite qu'elle ne le pensait ?

L'histoire démarre sur les chapeaux de roue et la cadence reste la même du début jusqu'à la fin, nous allons de découverte en découverte, rebondissement, secrets, non-dits... il y'en a pour tous les goûts ! L'auteur nous propose un personnage plein de ressources qui est loin d'être la personne froide à laquelle on peut penser, aussi nous découvrons la relation des jumelles, si Alice arrive parfaitement à se faire passer pour Célia le jour du drame la hante car comment faire pour vivre quand vous n'avez plus votre double, qui plus est, lorsque vous êtes responsable de sa mort.

Divisé en plusieurs parties, Sans mon ombre est un thriller psychologique addictif jouant sur les apparences, nous le savons tous, il n'y a rien de plus trompeur qu'une apparence et lorsque la vérité éclate au grand jour, il n'y a plus le choix il faut endosser le rôle qui se présente! 

  

lundi 22 avril 2019

L'internat de l'île aux cigales


Jeunesse
Editions Albin Michel Jeunesse
Parution :2019
332 pages


L'internat de l'île aux Cigales ne ressemble à aucun autre : il accueille des collégiens de talents exceptionnels. Marguerite, Agostino, Caleb Nordine et Cerise vont y vivre une année de sixième inoubliable : aidés par un étrange garçon, Eli, ils vont monter un groupe de musique clandestin et percer le terrible secret d'Alma, petite fille juive disparue pendant la Seconde Guerre mondiale. 


Belle découverte au détour d'un rayon à la librairie : le nouveau livre de Julie Bonnie, auteure dont tous les livres ont été un délicieux moment de lecture et dont je garde précieusement les romans dans ma bibliothèque. 

Cette fois-ci changement de genre, Julie Bonnie se penche vers la jeunesse et nous embarque sur l'ile aux cigales en compagnie de cinq nouveaux élèves qui vont intégrer le prestigieux internat de l'île pour leur entrée en sixième. Cet internat a la particularité d'accueillir très peu d'élèves et surtout des élèves prodigieux qui ont tous un talent, soit pour la musique, le théâtre, la danse, la peinture ou encore les maths. Marguerite, Agostino, Caleb Nordine et Cerise, nos jeunes protagonistes se préparent à passer une année loin de leur famille au sein d'un lieu dont ils ignorent tout : une belle aventure en perspective?

L'entrée au collège, c'est un cap à passer et quand en plus l'éloignement familial est là il faut se serrer les coudes. Dès le départ le groupe se crée, les cinq amis se soutiennent et commencent à évoluer ensemble. Ils partent à la découverte de ce vieux pensionnat et des autres élèves non sans crainte, on assiste à leurs premiers pas, leurs premières impressions, leurs doutes devant ce nouvel environnement si mystérieux, dirigé d'une main de fer par une vieille dame appelée la Cigale.

Les amis font la connaissance d'Eli, un garçon de troisième en marge des autres  élèves à cause de son comportement. Il va leur faire découvrir une pièce secrète chargée d'Histoire qui peu à peu va devenir leur repère la nuit. Un endroit rien qu'à eux qui sera leur source d'inspiration, c'est ainsi que le groupe musical des Tigres voit le jour.

J'ai passé un excellent moment en compagnie de ces  jeunes personnages nous renvoyant une douce odeur d'enfanceMarguerite, Agostino, Caleb Nordine et Cerise grandissent ensemble en développant un esprit de solidarité, ils apprennent les avantages et les inconvénients de la vie en collectivité dans cet univers riche de talents. Tous les cinq ont une histoire différentes avec une personnalité qui leur est propre, ce sont ces différences qui les rassemblent et qui font leur force.

Julie Bonnie nous plonge dans un univers mystérieux et musical bon enfant, j'ai également apprécié le fait qu'un pan de l'Histoire fasse son apparition au détour d'une découverte que font les protagonistes, la seconde guerre mondiale et la Shoah y sont abordés avec finesse et justesse... bravo, je n'en attendais pas moins ! 

Du Julie Bonnie, comme je les aime : savoureusement passionnant

lundi 15 avril 2019

Le colis



Psychiatre, Emma Stein a été victime d’une agression nocturne dont elle s’est miraculeusement sortie. Depuis, elle vit recluse dans sa maison, de peur de croiser à nouveau la route de ce psychopathe que la presse a surnommé le Coiffeur.

Un jour, son facteur lui demande d’accepter un colis pour l’un de ses voisins. Emma connaît tous ceux qui habitent dans sa rue.

Or, jamais elle n’a entendu parler de cet homme…




C'est sur ce teaser frissonnant que j'ai entamé ma lecture du dernier opus de Sebastian Fitzek, chaque année l'impatience est la même, je trépigne et une fois en main le livre est lu en quelques jours. Est-ce que ça a fonctionné cette année? BIEN SÛR  :p.

L'auteur pose le décor dès les premières pages, nous découvrons Emma Stein qui suite à une agression vit recluse. Son quotidien est difficile et les actes de la vie quotidienne les plus simples tournent vite au calvaire. Lorsque le facteur lui confie un colis appartenant à un voisin dont elle ne connait même pas le nom, c'est le drame...

Emma est un personnage bancal qui a conscience de son état mais qui cependant n'arrive pas à faire la distinction entre la réalité et son imagination. Bien qu'il n'y ait pas de huis clos à proprement parlé car l'action se déroule dans différents endroits, on pourrait quand même parler d'un huis clos psychique/psychiatrique car nous sommes dans la tête d'Emma tout au long du récit et mine de rien c'est un sacré bordel...

Hallucination, réalité? je me suis posée mille fois la question durant ma lecture et lorsque je pensais avoir trouvé la vérité, ce n'était pas le cas, finalement, quelle surprise de me dire que tout ça est bien pire que ce que je pensais. Car oui au bout du compte on est loin d'être déçu tout est dans la finesse, c'est propre à l'auteur que de jouer avec les nerfs de ses lecteurs en manipulant toutes les ficelles de la psychologie/psychiatrie et ses recoins dont on ne connait rien.

Est-ce que Emma est si dingue qu'elle n'y parait, est-ce que les personnes qui l'entourent sont irréprochables ? Le mystère plane mais attention les apparences sont souvent trompeuses, Sebastian Fitzek a l'art et la manière de nous le faire comprendre!