mardi 21 novembre 2017

La demoiselle de Wellington

Dorothée Piatek
Historique
Roman
Jeunesse
Editions du Seuil
Parution : 2017
102 pages













Pendant la Première Guerre mondiale, une véritable ville souterraine a été construite sous la ville d'Arras. De là, des milliers de soldats ont déferlé par surprise sur les lignes allemandes. Un officier anglais raconte l'interminable attente, puis l'assaut dans la boue, le froid et les éclats d'obus.


A travers ce livre illustré par Jérémy Moncheaux, nous plongeons en 1917 durant la première guerre mondiale, Dean Kingston, soldat tient un journal de bord dans lequel il raconte l'univers dans lequel il vit à sa femme Jenny. Dean fait partie de l'armée Britannique et prépare avec son régiment la bataille d'Arras caché dans la carrière de Wellington.

Dean Kingston met en exergue les conditions de vie déplorables dans lesquelles lui et ses camarades vivent : le froid, la faim, la peur, le bruit des bombes qui font rage font partie de leur quotidien. Loin de leur famille ils doivent combattre l'ennemi au prix de leur vie, l'horreur est permanente et est parfaitement décrite dans ce court récit.

Bien que l'histoire de Dean soit romancée par Dorothée Piatek, le lieu dans lequel il se trouve existe réellement puisqu'il s'agit de la carrière de Wellington situé à Arras. Aujourd'hui ouverte au public, cette carrière construite en dessous de la ville a été un atout majeur dans la préparation de la bataille d'Arras programmée pour le 9 avril 1917.

Les troupes qui se sont relayées ont laissé des traces de leurs passages notamment des écrits et des dessins témoignant de l'état d'esprit qui régnait, ces inscriptions sont toujours visibles et l'une d'elle en particulier à inspiré l'auteure, en effet au cours des recherches le portrait d'une jeune femme a été découvert dans cette carrière.

Une très bonne lecture qui nous ramène vers une période de l'histoire qu'il ne faut pas oublier, dans un lieu peu connu mais que personnellement j'envisage sérieusement de visiter.




1 commentaire:

  1. C'est l'illustration que tu as mis en avant qui m'as convaincu de prendre bonne note du titre.

    RépondreSupprimer