lundi 12 juin 2017

Lady Killer, tome 1 : À couteaux tirés

Joëlle Jones & Jamie S.RICH
COMICS
Editions Glénat
Parution : juin 2016
144 pages














Deux filles blondes comme les blés, un job de vendeuse de cosmétiques à domicile, un mari occupé qui rentre tard du travail... en apparence, Josie Schuller a tout de la mère de famille idéale. Mais elle a un secret : c’est aussi la plus impitoyable des tueuses à gage ! Josie partage son quotidien entre l’entretien de son petit foyer irréprochable et l’exécution d’assassinats de sang-froid pour de dangereux commanditaires. Mais son idée du parfait rêve américain risque bien de se briser lorsque c’est elle qui se retrouve dans la ligne de mire...


Il ne m'a pas fallu longtemps pour craquer pour ce comics qui avouons-le est irrésistible lorsque l'on regarde la couverture, le titre accrocheur et le résumé qui en dit long sur ce qui nous attend, on ne peut pas repartir sans la marchandise :p.

Attention les yeux, l'héroïne de cet ouvrage à un tempérament de feu. Josie Schuller est le genre de personnage marquant que l'on prend plaisir à suivre et que l'on aime malgré ses pratiques douteuses. Josie a plusieurs cordes à son arc, elle est déterminée et elle n'a peur de rien, c'est ce que l'on remarque au fil de ses péripéties, Josie n'a pas froid aux yeux et elle le fait bien savoir !


 

En mettant en scène ce personnage haut en couleur, l'auteure s'attaque à des conventions sociales bien ancrées dans la culture populaire, elle les met KO et les piétine, qui a dit qu'une femme n'avait pas de libre arbitre et qu'elle n'était pas puissante? Mieux vaut que cette personne ne se mette pas au travers du chemin de Lady Killer, ça pourrait faire mal ! Que pouvons-nous retenir de cette histoire? Que les apparences sont trompeuses et que derrière une personne en apparence tout à fait banale avec une vie bien rangée peut cacher bien des choses, après avoir fait connaissance avec Josie, vous ne verrez plus les femmes au foyer de la même manière, c'est décapant.

De magnifiques planches accompagnent l'histoire, des traits de crayons qui permettent d'illustrer la vie percutante de notre protagoniste, cette ménagère des années 50 qui en a dans le ventre.



2 commentaires:

  1. Aaaah j'aime trop les illustrations ça a l'air assez dément comme comics!

    RépondreSupprimer
  2. C'est une histoire qui a l'air vraiment pas mal du tout !

    RépondreSupprimer