mardi 4 avril 2017

Mousseline la sérieuse

Sylvie Yvert
Historique
Editions Pocket
Parution : mars 2017
350 pages














Venise, 1850. La duchesse d’Angoulême, fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, entreprend, au couchant de sa vie, de raconter la singulière histoire qui est la sienne.

Née en 1778, la jeune princesse mène une enfance heureuse au château de Versailles. Mais le 14 juillet 1789, son univers bascule dans les ténèbres de la nuit révolutionnaire. Commence alors pour Marie-Thérèse Charlotte de France un parcours tragique. Son père, sa mère, sa tante sont décapités ; son dernier frère, Louis XVII, meurt peu après. Unique survivante du Temple, son avenir sera ponctué de deuils, d’exils et de trop éphémères bonheurs.


Ce livre, je l'attendais depuis le jour de sa sortie, et heureusement sa sortie n'a pas tardé. Aussi vite arrivé, aussi vite lu, il m'aura fallu quelques jours seulement pour le dévorer parce que ce livre, plus qu'un coup de cœur est une véritable révélation...

Au travers des yeux de Marie-Thérèse de France alias Mousseline la sérieuse alors qu'elle n'était qu'une enfant, nous assistons à l'effondrement de la monarchie Française et à la barbarie sans limite des révolutionnaires assoiffés de sang et de vengeance. 

Violences, fuites, emprisonnement, mort, exil, voici en quelques mots comment nous pourrions qualifier l'épouvantable destin de la fille de Marie-Antoinette et de Louis 16 qui a vu sa famille se faire décimée petit à petit.  Totalement horrifiant comme si le malheur qui s'était abattu sur sa famille n'avait pas suffit, après être sortie de sa prison au Temple en décembre 1795 alors âgée de 17 ans Mousseline la sérieuse a dû partir loin de ses racines, hors du pays qui l'avait vu naître pour passer le reste de sa vie en exil. 

Un bijou, voilà ce qu'est vraiment ce roman historique, un bijou parce qu'il est précieux et contient une mine d'informations comme on en trouve rarement dans d'autres romans de cet acabit. Précieux parce que ce récit nous dévoile ce que nous ne savons pas, ce que l'on ne nous apprend pas à l'école ou alors ce que l'on nous a appris c'est à dire des idées reçues non fondées.

Sylvie Yvert a choisi de faire parler Mousseline la Sérieuse à travers ce récit à la 1 ère personne du singulier, choix intelligent puisque le lecteur se retrouve imprégné par ce pan de l'Histoire, j'ai eu personnellement l'impression d'être en immersion avec cet enfant puis jeune fille et enfin adulte, ce fût une impression extraordinaire bien que particulièrement percutante au vu de l'enfer vécu. C'est grâce à ce genre de livre que l'on devient passionné par l'histoire, parce que c'est bien raconté, et que l'auteur a su faire les bons choix.

3 commentaires:

  1. J'aime quand le récit historique se fait aussi immersif!

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connaissais pas, je note :) !

    RépondreSupprimer
  3. Tu me donnes envie de découvrir cette période de l'Histoire, avec ce roman :)

    RépondreSupprimer