mardi 18 avril 2017

L'énigme Gerstein

Alain Le Ninièze
Roman historique
Editions Ateliers Henri Dougier
Parution : mai 2017
265 pages



Merci aux éditions Atelier Henry Dougier










Nous sommes en février 1941 et Kurt Gerstein s'interroge sur la mort d'un membre de sa famille interné depuis des années. Pour trouver des réponses, il décide de s'engager dans la SS. Pris dans les mailles du filet, il tente de dénoncer les actes dont il est lui-même acteur : un drame qu'il vit au quotidien.


Ce qui m'a poussée à lire ce livre, c'est le portrait complexe de Kurt Gerstein et la question qui se pose : Comment un militant catholique et opposant au régime nazi a pu s'engager dans la Waffen-SS et par la suite se retrouver impliqué dans l'un des plus grands génocides ?



Tout commence en févier 1941 lorsqu'un membre de sa famille alors interné en hôpital psychiatrique est victime de la campagne d'extermination des adultes handicapés physiques et mentaux (Aktion T4) organisée par la régime nazi. Suite à cet événement dramatique Kurt Gerstein décide de s'engager au sein de la SS pour enquêter et dénoncer les crimes commis par les nazis. 


Alors qu'il était ingénieur des mines à la base, Kurt Gerstein va être affecter à l'institut d'hygiène de la SS, au département " hygiène de l'eau" à Berlin. Très vite Kurt Gerstein monte en grade, ses supérieurs sont satisfaits et n'hésitent pas à le complimenter comme il se doit, personne ne se doute qu'il est en pleine infiltration au contraire c'est un très bon élément pour l'institut, il fait ses preuves et il les fait tellement bien que ses missions prennent de l'ampleur avec le temps jusqu'au jour où il devient le fournisseur officiel de Zyklon B qui va servir pour les chambres à gaz, à exterminer des milliers d'innocents.

Bien sûr lorsqu'il constate l'ampleur des horreurs commis par les nazis,  il ne reste pas sans rien faire et tente même d'informer diverses personnalités religieuses, un diplomate, des dirigeants et même le pape Pie XII, mais malheureusement tous restent muets, personne ne bouge devant l'extermination en masse des juifs d'Europe... 

L'auteur retrace avec brio le portrait d'un homme rempli d’ambiguïté, qui en voulant dénoncer des pratiques barbares, s'est retrouvé malgré lui responsable des crimes commis par le régime nazi.  Le gros point positif du récit, c'est que l'auteur ne nous force pas à croire que Kurt Gerstein pourrait être responsable, au contraire, Alain Le Ninèze précise que c'est au lecteur de juger par lui-même au vu des éléments qui lui sont fournis.

Même si l'ensemble de l'ouvrage nous apporte assez d'éléments pour que l'on puisse se faire un avis, comme l'indique le titre, nous sommes face à une véritable énigme et il est très difficile d’émettre un avis quelconque lorsque l'on sait que même la justice a eu du mal à statuer sur ce cas. 

Je tiens à saluer le travail de l'auteur qui est tout simplement formidable, on sent les heures de recherches pour être au plus près de la vérité, c'est un récit puissant, percutant, qui se veut juste et sans mensonges, en bref : Foncez !


2 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas, mais je suis très intriguée !

    RépondreSupprimer
  2. Le sujet est évidemment important et passionnant. C'est appréciable que l'auteur n'induit aucun jugement sur la culpabilité de l'homme présenté. Et c'est aussi appréciable de parler de ces personnes au statut très ambigus dans une guerre si particulière.

    RépondreSupprimer