jeudi 26 janvier 2017

Le fils parfait

Mathieu Menegaux
Roman contemporain
Editions Grasset
Parution : janvier 2017
240 pages


Je remercie chaleureusement Mathieu Ménégaux ainsi que les Editions Grasset d'avoir pensé à moi pour cet envoi.








Maxime a tout réussi : de brillantes études, une carrière fulgurante, il est un mari aimant et un père attentionné. Un fils parfait. Un homme au-dessus de tout soupçon. Si bien que, lorsque sa fille, Claire, dénonce ses agissements à sa mère, en la suppliant de la protéger, Daphné tarde à la croire. L’amour qu’elle porte à Maxime la conduit à refuser l’évidence pour préserver sa vie et son confort. Pourtant les soupçons se confirment, le doute se dissipe et les faits vont pousser Daphné à réagir. Mais il est trop tard. Maxime, fort de cette façade d’homme irréprochable, a manipulé la police et la justice afin de les retourner contre la mère de ses enfants.


Après un coup de coeur  général pour Je me suis tue , Mathieu Menegaux nous fait la surprise de revenir en force pour un 2 ème roman tout aussi passionnant que le précédent

Daphné et Maxime ont tout pour être heureux, de bons boulots, deux belles petites filles Claire et Lucie, en bref aucune ombre au tableau. Cependant un soir alors que Daphné garde ses filles lors de l'absence de son mari, Claire la fille aînée du couple se confie et lui explique que lors de ses déplacements professionnels, son père abuse d'elle. 

Dans un premier temps, Daphné refuse de croire sa fille en se disant que Claire est en manque d'attention, elle en parle alors à Maxime qui bien évidemment nie les faits. La vie reprend tranquillement son cours mais peu à peu Daphné est de plus en plus obnubilée par les accusations portées par sa fille, mensonge ou réalité? Cette mère se retrouve au cœur d'un dilemme cornélien.

Sous forme d'une longue lettre, Daphné la narratrice s'adresse à sa belle-mère Elisa, la mère de Maxime. Elle dresse le portrait d'un amour idyllique entre Maxime et elle, décrit une vie paisible sans faille apparente, et puis sa douloureuse descente aux enfers. Daphné voit la vie de ses enfants bouleversée et la sienne également, en se lançant dans un combat pour sauver l'innocence de ses filles, elle se heurte à un mur et plus exactement à la justice. 

Me voilà une seconde fois impressionnée par le talent de l'auteur qui le pousse à traiter des sujets aussi profonds, tout en finesse et avec un indéniable fair-play, sa faculté à se mettre dans la peau d'une femme et d'une mère est remarquable et ne nous laisse pas sans émotion. Quel plaisir de retrouver la plume de Mathieu Menegaux, vraiment, elle se savoure, se lit doucement pour ne louper aucun détail et surtout pour retarder ce moment fatidique où la dernière page devra se tourner... 

Savourer c'est exactement ce qu'il faut faire avec ce livre, même si l'histoire de Daphné et de ses filles nous prend au tripes, même si le combat est rude et que la justice est cruellement injuste, il faut le savourer parce qu'au travers de la noirceur de ce récit, s'y trouve l'amour d'une mère. L'amour indestructible qui fait déplacer des montagnes, l'amour infaillible qui a tous les pouvoirs sur les maux et qui gagne tous les combats.

Premier coup de cœur de l'année 2017, Merci monsieur Menegaux, j'attends impatiemment la prochaine pépite !

4 commentaires:

  1. Très belle chronique alléchante pour un livre dont le sujet est aussi dur qu'il est passionnant!

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que ce roman me révolterait trop! Merci pour ta chronique!

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai pas encore lu Je me suis tue alors qu'il se trouve dans ma PAL. Celui-ci me tente beaucoup aussi !

    RépondreSupprimer
  4. Il fait partie de ma wishlist, tout comme "Je me suis tue". Merci pour ta chronique qui ne fait que me convaincre de le lire cette année !

    RépondreSupprimer