samedi 19 août 2017

Où allons-nous Monsieur le curé

Michel Le Corni
Historique/Régional
Editions Amalthée
Parution : mai 2014
136 pages













Avec ses consciences marquées par une église omniprésente, la Bretagne avait courbé l’échine, elle s’était montrée courageuse, obéissante et dévouée face au pouvoir de gros propriétaires terriens. Puis, les avancées technologiques, l’arrivée de la télévision dans les foyers, la modernisation du plan routier permirent de grands bouleversements. L’Église perdit de son influence. Les femmes, elles, devinrent fers de lance de la modernisation, porteuses d’énergie et d’espoir. En contant l’histoire d’une famille de la noblesse bretonne victime de ces profondes mutations, l’auteur revient sur quinze années durant lesquelles les pouvoirs temporels et spirituels ont cédé la place pour qu’émerge une autre société…


Après avoir lu ce roman, mon jugement presque négatif se renforce concernant la noblesse et le clergé qui ont fait très certainement plus de dégâts que de bien, en voulant asservir la population Bretonne.

Il était facile pour ces gens ayant un savoir intellectuel et un pouvoir financier d'imposer une certaine dictature, la leur et celle de leurs ancêtres car lorsque le Maître avait parlé sa parole était d'or, bien entendu avec l'appui de Monsieur le curé qui lui apeurait ses fidèles par des sermons dépassant parfois la réalité, malgré qu'il s'apercevait et comprenait l'évolution de la société Bretonne au grand dam du Comte. Il était inutile de se révolter car pour s'intégrer dans la communauté Bretonne il fallait savoir courber l'échine et travailler pour obtenir le gîte et le couvert et surtout sans attendre de privilèges qui n'étaient acquis que pour la noblesse et le clergé.

L'ouverture sur le monde pour cette population Bretonne viendra de l'extérieur, des villes en particulier, certaines personnes ont apporté avec eux , le droit à l'information, à l'éducation, à l'évolution et enfin à la parole malgré certaines réticences, la peur de l'étranger et de l'inconnu. Cette noblesse et ce clergé l'ont compris sans accepter qu'une page était en train de se tourner,  leurs privilèges ne seraient plus ce qu'ils étaient auparavant, leur pouvoir n'était plus.

L'auteur tout en nous exposant la situation de la noblesse et du clergé face au peuple Breton, nous donne une leçon d'histoire et nous fait découvrir le côté vieille France du Comte qui ne fait aucune concession pas même envers sa femme et ses enfants, malgré qu'il accepta exceptionnellement certains changements en contrepartie d'une manne financière, alors que son épouse la Contesse est doté d'un esprit ouvert et libéral s’affranchissant de sa condition lors du décès de son beau-père. Faisant installer le chauffage au château, une chambre d'hôtes pour les visiteurs et un téléviseur rentre dans le foyer au décès de son époux de surcroit adultère "la surprise révélé par le notaire" pour enfin ! vivre avec son temps et surtout sans le poids de la religion, Monsieur le curé n'étant plus le bienvenu, une autre génération est née, Agathe, la première petite-fille de Marie-Bernadette qui délivrée du carcan de la noblesse et du clergé va vivre sa vie de femme en tee-shirt et en jean.


mercredi 16 août 2017

Un sac

Solène Bakowski
Thriller psychologique
Editions Milady
Parution : janvier 2017
278 pages














En pleine nuit, une femme attend face au Panthéon, seule, un petit sac dans ses bras frêles qu'elle serre comme un étau. Cette femme, c'est Anna-Marie Caravelle, l'abominable, l'Affreuse Rouquine, la marginale. Lorsque, vingt-quatre ans plus tôt, Monique Bonneuil décide de prendre en charge, en secret, à l'insu du reste du monde, l'éducation de la petite Anna-Marie, fille d'un suicidé et d'une folle à lier, elle n''imagine pas encore le monstre qu'elle abrite sous son toit et que, lentement, elle fabrique. La petite fille, poussée par ses démons, hantée par son histoire, incapable de distance, tue, un peu, beaucoup. Elle sacrifie, règle ses comptes, simplement. Mais que fait-elle là, cette jeune femme agenouillée en plein Paris, au beau milieu de la nuit ? Et que contient ce mystérieux sac qui semble avoir tant d'importance ? Voici l'histoire d'Anna-Marie Caravelle.


L'histoire d'Anna-Marie Caravelle, c'est l'itinéraire d'une gamine mal née et malmenée par la vie. Née alors que sa mère était dans l’impossibilité de s'occuper d'elle en raison d'un problème de santé, elle a grandi dans le plus grand des secrets sans jamais être reconnue par personne (même pas sur des papiers d'état civil) chez la vieille Monique Bonneuil, acariâtre et en mal d'enfant.

Lorsque l'on débute le récit d'Anna-Marie, on sait qu'il s'est passé un drame, on se doute vite de ce qui a pu se produire au vu des révélations que nous avons rapidement. Le vrai mystère tourne autour d'Anna-Marie : Qui est-elle réellement? Qu'est ce qu'elle fait avec ce sac ? Autant de suspense qui nous tient en haleine mais qu'Anna-Marie va alléger en nous contant son récit et en nous apportant les réponses tant attendues.

En misant sur une narration à la première personne, l'auteur a fait de son récit un point fort, l'emploi du "je" nous immerge dans le récit d'Anna-Marie, cela apporte une dose d'intimité, comme l'impression qu'elle s'adresse directement à nous, lecteur. J'ai été happée non seulement par l'écriture de Solène Bakowski qui est délicieuse mais surtout par le portrait d'Anna-Marie, le portrait d'une femme née au mauvais moment, là où elle n'aurait jamais dû naître. Une vie sans cadre, sans repère, livrée à elle même dans la jungle de la vie, Anna-Marie est devenue cette personne façonnée par l'ignorance générale, la violence et le mépris.


vendredi 11 août 2017

Naître ennemi

Fabrice Virgilli
Historique
Editions Payot
















Entre 1941 et 1949, des dizaines de milliers d'enfants sont nés, en France, de père allemand soldat puis prisonnier de guerre, ou en Allemagne, de père français prisonnier puis soldat de la zone française d'occupation. Des enfants nés ennemis. Dire l'histoire de ces pères, de ces mères et de ces enfants, lui donner un sens général, suivre leur parcours depuis l'invasion allemande jusqu'à aujourd'hui, tel est l'objet de ce livre qui a nécessité presque dix ans de recherches.


Depuis de nombreuses années je lis et me documente concernant différents thèmes sur la période de notre histoire et particulièrement celle de la Seconde Guerre Mondiale.

"Naître ennemi" m'a interpellée plus particulièrement par son contenu car ce livre renferme les réponses à beaucoup de questions qui m'interpellaient, et qui vont bien au-delà d'un simple ouvrage de témoignages, il nous informe dans la globalité historique concernant la vie des Français et des Allemands pendant cette période de guerre.

Des lois misent en vigeur et renforcées pour celles existantes, avec leurs chapelets d'obligations, d'interdictions et de condamnations, jusque dans la vie la plus intime des couples qui déjà détruits par le contexte de guerre ne faisaient qu'aggraver le quotidien de la population.

Le sort "des enfants de Boches"ou pas car certains ne le sauront jamais ! car nés de diverses relations intimes sont le centre le plus profond de notre histoire, ils ont été et sont encore des enfants en souffrance, ils le resteront toute leur existence. Faute à des lois dictées par ceux qui étaient au pouvoir à cette époque, la guerre en elle-même ne suffisant pas à meurtrir et à détruire l'individu. Ces enfants balotés de territoires en territoires, d'Etablissements en Etablissements privés ou publics, de famille en famille, l'erreur de la mère n'avait pas sa place tout  comme l'enfant qui devait porter la responsabilité de celle-ci.

La mère abandonnant son enfant à l'orphelinat pour un meilleur avenir ou tout simplement pour qu'il puisse être nourri, parfois pour le reprendre lorsque la vie serait moins difficile et moins incertaine, ces femmes partaient travailler en Allemagne car imaginant que le gain financier serait plus conséquent, certaines revenaient déçues ou restaient en Allemagne avec leur ami rencontré en France, d'autres ne pouvant plus revenir dans leur famille car étant rejetées par un père ou un frère devaient trouver un travail difficilement pour pouvoir subvenir au besoin d'un bébé sans père, qui décédé ou ne souhaitant pas assumer sa charge de famille et le pire je pense, retourner dans sa famille auprès de son épouse et de ses autres enfants.

Ce livre nous fait découvrir la dictature d'un gouvernement se disant démocratique où la misère physique et morale au féminin régnait, car la femme portant la responsabilité établie de sa faute, même violées ces femmes avaient l'obligation de garder l'enfant de la honte ! Nous découvrons au fil des pages une France impitoyable envers le sexe dit faible et qui a pourtant lourdement payé son tribu à la Nation. 

J'ai ressenti une misogynie sans comparaisons aucunes, une barbarie sans limite, lire ce livre est la compréhension de tous les débordements, de toutes les intolérances, de toutes les incohérences, de tous les non-dits, de toute la souffrance qu'un être peut ou ne peut supporter, combien de couple ont été brisés ! la délation était de mise pour informer le mari trompé qui se trouvait au front, les procédures de divorces s'enchaînaient avec l'accord des instances gouvernementales et la mise à disposition sur le front de documents permetant de faciliter la tâche aux soldats Français, le décès du mari ou de l'ami, le retour au pays en laissant des promesses non tenues mais surtout sans adresse, des hommes et des femmes mariés qui ne revenaient plus dans leur foyer, ni dans leur pays d'origine et des enfants nés qui n'appartenaient pas plus à la France qu'à l'Allemagne, certains encore ne savent toujours pas s'ils sont Français ou Allemand car ayant été abandonnés pas de mère, pas de père aucune certitude d'identité, certaines mères n'ont pas parlé à leur enfant, d'autres l'ont fait, certains ont retrouvés leur père vivant ou décédé, d'autres n'auront qu'une photo ou peut-être quelques renseignements que l'Allemagne leur a produit, c'est la quête infernale du père et de qui suis-je.

L'auteur à magnifiquement réalisé un travail de recherches, d'écoute et d'écriture afin d'informer le plus justement, il a constitué un condensé réaliste et sans détours du quotidien des 2 côtés de la frontière avec un regard sans jugement afin de donner des repaires à tous et pouvoir aider ces laisser pour compte à retrouver un père ou du moins tenter d'apaiser la souffrance qu'ils portent en eux.

Article écrit par Daphnie Dumurier 


mercredi 9 août 2017

A sa place

Ann Morgan
Thriller psychologique
Editions Presse de la Cité
Parution : avril 2017
409 pages














Au départ, ce n'était qu'un jeu.
Helen et Ellie sont identiques. En apparence, du moins. Car, si ces jumelles de six ans se ressemblent comme deux gouttes d'eau, elles savent bien qu'elles sont différentes. Helen est la chef, Ellie son ombre. Helen décide, Ellie obéit. Helen invente des jeux, Ellie y participe. Jusqu'au jour où Helen en propose un plus original : intervertir leurs rôles, juste pour une journée. La farce fonctionne si bien que leur propre mère n'y voit que du feu. Et les deux fillettes s'amusent comme jamais. Mais le soir venu, alors que chacune devait reprendre sa place, Ellie, pour la première fois, dit non. Elle veut rester Helen. Pour cette dernière, c'est le début de la descente aux enfers. 


L'avantage des réseaux sociaux et des blogs, c'est que l'on peut découvrir de très bons livres au fil de petites balades sur le net. C'est précisément ce qui m'est arrivée avec ce livre, je l'ai découvert suite à une chronique rédigée par Léa du blog Le chat du Cheshire, alors un grand merci à toi Léa car sans toi je serais passée à côté d'une très bonne lecture !!

Que ce soit en littérature ou au cinéma, le mystère des jumeaux intrigue tellement qu'on peut trouver différents styles d'histoires, la plupart du temps elles se ressemblent mais pour certaines comme celle-ci, elles sont traitées de façon plus originale, A sa place à ce petit + qui a fait que je n'ai presque pas pu décrocher de mon livre du début jusqu'à la fin.

Tout d'abord nous avons une alternance de périodes, chose que j'aime particulièrement, d'un côté nous suivons Helen qui revient sur le jour qui a changé sa vie, le jour où le jeu de l'échange entre Ellie sa soeur jumelle et elle a changé sa vie à jamais, et l'après aussi nous la suivons tout au long de son évolution et puis d'un autre côté nous suivons encore Helen alors qu'elle est devenue adulte.

Ensuite, ce sont précisément la narration à la 1ère personne et la psychologie d'Helen qui m'ont particulièrement tapée dans l'oeil, Helen qui est devenue Ellie suite à un simple jeu qui a mal tourné. Avant de devenir Ellie, Helen était la meneuse mais lorsque les rôles se sont inversés Helen a tout perdu. Helen est devenu le vilain petit canard, celle qu'on ne croit pas, celle qu'on accuse de tous les vices, même sa propre mère l'a mise de côté, c'en est suivi une descente aux enfers. "Smurdge", c'est aussi comme ça qu'Helen est nommé au fil du récit lors qu'elle est adulte, un surnom qui en dit long sur son état d'esprit puisque lorsque l'on traduit "Smurdge" veut dire "tâche".

Au final, l'auteure a fait un beau travail sur la construction de son histoire, nous sommes directement happé(e)s dans une ambiance malsaine qui se poursuit tout au long du récit, on suit Helen dans son parcours pour le moins chaotique, vous savez c'est le genre de personnage à qui on s'attache et qu'on suit impuissant tout en regrettant de ne pas pouvoir lui donner un coup de pouce... Ce roman met parfaitement en scène les ravages d'un vol d'identité sur une vie, des répercussions terribles que les non dits peuvent provoquer.

dimanche 30 juillet 2017

Bilan mensuel n°2


Nous voici déjà à la fin du mois de juillet pour ne pas dire dans les derniers jours, et je dois dire que ce mois a été plus que fructueux que ce soit au niveau lecture qu'au niveau des acquisitions qui se sont faites nombreuses et pour la majorité excellentissimes

En ce mois de juillet j'ai lu 5 livres papiers :


L’appartement correspondait pourtant exactement à ce que Pascaline, informaticienne de quarante ans, avait imaginé pour sa nouvelle vie de femme divorcée sans enfants. Un deux-pièces calme et clair donnant sur une rue animée.

Mais à peine installée, elle apprend par une voisine qu’un drame s’y est déroulé quelques années auparavant. Comment vivre dans un lieu marqué par l’horreur ? Comment continuer à dormir dans cette atmosphère oppressante ? Et pourquoi Pascaline est-elle obsédée par cette tragédie ?

Lentement, sûrement, par touches infimes, cette histoire ranime chez elle une ancienne douleur, une fragilité secrète restée longtemps enfouie. Editions Le Livre de Poche - 153 pages 




L'Épouvanteur John Gregory raconte sa première rencontre avec Meg Skelton, la lamia dont il tombe follement amoureux. Un jour, il l'endort en lui faisant boire une potion, et l'enferme dans la cave de sa maison d'hiver de peur qu'elle devienne dangereuse. La sœur de Meg, une lamia sauvage, est emprisonnée dans une fosse, au dernier niveau de la cave. - Dora, une nouvelle sorcière. Elle est morte et enterrée dans la Combe aux sorcières. Elle raconte comment elle a été tuée et comment elle s'est vengée de l'Inquisiteur qui l'a débusquée et torturée. - Le récit de Grimalkin, la plus redoutable des tueuses. On apprend qu'elle a eu un très bel enfant avec le Malin. Ce dernier, furieux de ne pas être le père d'un monstre, tue son enfant. Depuis, Grimalkin s'est alliée avec Tom pour le combattre. - Le récit d'Alice. Après la mort de ses parents (en réalité ses parents adoptifs, mais elle ne le sait pas encore), Alice est recueillie par sa tante Agnès, puis emmenée de force par Lizzie l'Osseuse, qui veut faire d'elle une sorcière. Chez Lizzie, Alice affronte une immonde créature mangeuse de cerveaux. Moment particulièrement éprouvant ! - Tom rapporte une aventure qu'il a vécue avec Bill Arkwright chez lequel il est en formation. Ils combattent ensemble une divinité celte, venue tourmenter un couple de nobles ayant fui l'Irlande pour lui échapper. Editions Bayard Jeunesse - 217 pages



Lorsque son ex-mari décède, Audrey et leur fille Bronwyn sont forcées de déménager. Heureusement, elles héritent d'une propriété abandonnée à plusieurs centaines de kilomètres de là. Sautant sur l'occasion de recommencer à zéro, elles emménagent dans la vieille demeure qu'elles remettent en état. Un jour, Audrey y découvre une photo d'un précédent occupant, médecin pendant la Seconde Guerre mondiale, et se passionne pour le personnage.

Bientôt, elle apprend que le docteur aurait battu à mort une jeune femme à son retour en 1946. Chose étrange, il semblerait que des meurtres similaires se produisent toujours dans la région. Le tueur serait-il encore en vie ? Editions Pocket - 568 pages



 L'Homme masqué a réussi : le Pays des contes est tombé sous la coupe de sa terrible armée. Face à lui, les jumeaux Alex et Conner n'ont plus qu'une seule arme, peut-être la plus puissante : leur imagination. Tous deux se lancent alors à travers les histoires inventées par Conner en quête d'une armée de pirates, de cyborgs, de superhéros ou encore de momies, pour arrêter l'Homme masqué. Et même si l'adolescent est leur auteur, rien ne dit que ses personnages ne se rebifferont pas contre lui ! Mais un complot plus terrible encore se trame dans l'ombre.

Un complot qui pourrait bien noircir la magie de tous les mondes à jamais... Editions Michel Lafon - 392 pages



Marie se réveille un matin dans son lit, à côté de son petit ami Patrick… sauvagement assassiné de plusieurs coups de couteau. La jeune femme n'a aucun souvenir du crime, mais comment nier l'évidence ? 

Avec l'aide de son thérapeute, Marie tente de reconstituer son histoire. Au fil de son récit, la vérité se dessine… terrifiante !

Folie ou manipulation ? Les apparences sont parfois trompeuses…

Editions France Loisirs - 368 pages





J'ai aussi lu 3 BD/albums :

J'avançai dans un rêve. 
Versailles m'émerveilla.
Mais me fit aussi peur, sans que je sache pourquoi...
Editions Glénat - 128 pages







Dans les combles de l'au-delà, voyez-vous, quand les ombres s'abandonnent, les douze coups de minuit enfantent des chimères...

Les fantômes parlent peu, mais ils se font comprendre... Il suffit d'être à l'écoute, de s'abandonner à leur rencontre, de recueillir les signes. 
C'est un état d'esprits. Peter C.

Editions Glénat - 216 pages


Paul et Louise s'aiment, Paul et Louise se marient, mais la Première Guerre mondiale éclate et les sépare. Paul, qui veut à tout prix échapper à l'enfer des tranchées, devient déserteur et retrouve Louise à Paris. Il est sain et sauf, mais condamné à rester caché dans une chambre d'hôtel. Pour mettre fin à sa clandestinité, Paul imagine alors une solution : changer d'identité. Désormais il se fera appeler... Suzanne. Entre confusion des genres et traumatismes de guerre, le couple va alors connaître un destin hors norme.
Editions Delcourt - 160 pages 





2220 pages que j'ai savourées, depuis le temps que j'attendais de pouvoir me remettre un peu plus dans la lecture, on peut dire que c'est gagné ! 
(désolée pour la présentation de l'article qui laisse à désirer mais je ne sais pas pourquoi il y'a tous ces espaces !)


dimanche 23 juillet 2017

Coupable

Wiebke Lorenz
Thriller psychologique
Editions France Loisirs
Parution : janvier 2014
366 pages














Marie se réveille un matin dans son lit, à côté de son petit ami Patrick… sauvagement assassiné de plusieurs coups de couteau. La jeune femme n'a aucun souvenir du crime, mais comment nier l'évidence?  Avec l'aide de son thérapeute, Marie tente de reconstituer son histoire. Au fil de son récit, la vérité se dessine… terrifiante !


Hier après-midi je me promenais sur la blogo quand je suis tombée sur le blog de Lire sous la lune, bien que je fais partie du groupe facebook de ce challenge depuis un moment je n'ai jamais eue l'occasion de participer, le thème du mois de juillet consiste à lire un livre dont le titre ne comporte qu'un mot, voilà chose faite !!

https://liresouslalune.com/category/challenges/lire-en-theme/

Coupable est un thriller psychologique qui aborde avec efficacité les pensées obsessionnelles, une maladie qui touche uniquement les pensées et qui peut devenir un enfer pour ceux qui en sont atteints. Ces pensées sont de nature agressive et sont tournées vers les choses ou les personnes que les malades aiment le plus.

C'est de cette maladie qu'est atteinte Marie, notre protagoniste. Nous la suivons alors qu'elle est internée dans une unité psychiatrique à la suite du meurtre qu'elle est accusée d'avoir commis.  Avec beaucoup de pudeur, Marie, après des mois de silence, commence petit à petit lors de ses séances avec son psychiatre à dévoiler son histoire, à nous expliquer comment ses pensées obsessionnelles ont envahi son quotidien après avoir subi de gros chocs psychologiques successifs. 

La narration à la 1ère personne du singulier nous immerge dans l'histoire de Marie, j'ai eu l'impression qu'elle me racontait directement son histoire qui au final bien que fictive pourrait être l'histoire de n'importe qui. D'une vie totalement ordinaire, Marie est passée à une vie de misère dans laquelle ses troubles obsessionnels l'ont progressivement coupé du monde, lorsqu'elle nous raconte sa déchéance progressive, on a juste l'impression d'y être, on a des frissons et surtout on se pose la question : "est-ce que Marie a tué son conjoint?" Au vu des éléments que l'on nous présente et au vu du discours de Marie on pense que la vérité est juste devant nous, elle l'est oui mais pas totalement, la vérité est plus compliquée à trouver qu'on ne le pense.

Un thriller addictif qui nous plonge au cœur d'une maladie pernicieuse, qui se réveille lorsque l'on ne l'attend pas et qui commet des ravages. Une excellente lecture qui l'air de rien prend aux tripes et qui est inoubliable malgré toute la simplicité apparente.

vendredi 21 juillet 2017

Le pays des contes T5 : L'odyssée imaginaire

Chris Colfer
Jeunesse
Editions Michel Lafon
Parution : juin 2017
395 pages














L’Homme masqué a réussi : le Pays des contes est tombé sous la coupe de sa terrible armée. Face à lui, les jumeaux Alex et Conner n’ont plus qu’une seule arme, peut-être la plus puissante : leur imagination.


Ahhh le pays des contes !! Tous les ans c'est mon pêcher mignon, j'adore découvrir la suite des aventures des jumeaux Bailey, tous les ans c'est un nouveau tome qui se dévore bien trop vite et tous les ans il faut attendre l'année d'après pour se replonger dans un nouveau tome, en bref une torture !! 

Ce 5 ème tome est surprenant et redonne même un coup de fouet à la saga !! Nous retrouvons donc nos 2 protagonistes plus en forme que jamais malgré la situation chaotique dans le pays des contes, en effet, l'homme masqué l'a envahi avec son armée de la littérature, les célèbres personnages ainsi que tous les autres habitants du pays des contes ont dû déserter leurs lieux de vie pour se mettre à l'abri, certains sont même devenus esclaves.

C'est ainsi que commence ce 5 ème tome, sur les chapeaux de roues c'est le moins que l'on puisse dire... Alex et Conner ne sachant plus où donner de la tête décident de revenir dans leur monde d'origine pour récupérer les récits inventés par Conner, l'idée est ingénieuse Conner décide ainsi de former son armée avec ses personnages tout droit sortis de son imagination, opération risquée certes mais  qui va se révéler fructueuse et enrichissante.

Au programme des récits de Conner, : un bateau de pirate exclusivement féminin, une reine intergallactique, des cyborgs... bref une imagination débordante qui apporte un vrai + au périple des jumeaux, c'est toujours appréciable de faire la connaissance de nouveaux personnages et univers magnifiquement décrits, de ne pas toujours suivre les mêmes que l'on connait depuis le 1er tome (et même avant :p ), mais voilà ce qui peut être décevant c'est le fait qu'inconsciemment Conner à créé ses personnages en s'inspirant de ceux qu'il connaissait déjà : Boucle d'or, Rouge...

Malgré ce petit couac qui n'en sera peut-être pas un pour ceux qui liront ce livre, je suis ravie d'avoir retrouvé cet univers enchanté où se croisent les gentils et les méchants, Alex et Conner sont 2 jeunes gens attachants, c'est un plaisir de les voir aussi bien évoluer, de les voir grandir et de constater que tous 2 forment un duo de choc qui se complète à la perfection. Très curieuse de voir ce que nous réserve le prochain tome, verdict dans un an, ou moins pour les plus courageux qui sauraient lire en Anglais :p, une chose est sûre l'attente va être interminable, je le sens !! 

vendredi 14 juillet 2017

Pile à lire d'albums pour enfants


Voilà, les grandes vacances sont arrivées pour les enfants, la période estivale a démarré alors quoi de mieux que de se prévoir une petite liste d'albums à emmener en vacances pour vos enfants (ou pour vous) ? Rien de tel que de découvrir un album le soir avant de dormir, d'avoir quelques albums de côté en cas de mauvais temps ou de sortie non programmée pour cause de repos, une chose est sûre les vacances, c'est le moment idéal pour prendre le temps d'aborder et de découvrir de nouveaux choses, ces albums en font partie, c'est parti :D

Des histoires pour faire parles enfants : Papoti - Papota ( France Cottin & Charlotte Roederer)


La collection Papoti-Papota est conçue pour aider les enfants à prendre la parole de façon construite et vivante. Elle les invite à mettre des mots sur des images et à faire fonctionner leur imagination débordante. Tout au long de la lecture Papoti et Papota sont deux complices bavards qui accompagnent l'enfant dans la description de l'image, en bonus des idées sont proposées pour prolonger le temps de parole de l'enfant à partir d'une scène de la vie quotidienne.  

Max et Lapin (Astrid Desbordes & Pauline Martin)


Max et Lapin est une série de livres qui met en avant les aventures d'un petit garçon plein de vie, devant lequel chaque enfant de 2/3 ans peut s'identifier à la lecture de cette ouvrage. Le bambin est accompagner de son ami Lapin qu'il ne lâche pas d'une semelle et tous deux nous embarquent dans leurs aventures, leur quotidien et leurs façon d'aborder de multiples situations.

Splat (Rob Scotton)


Splat est un personnage poilu hyper attachants que nous suivons dans des situations et des problématiques de la vie quotidienne, il découvre, il a peur, il rêve , il joue mais surtout il est entouré par sa famille et ses amis qui l'encouragent et lui apprennent à sourire à la vie.

Dernièrement des albums de Splat en Anglais authentique ont faits leur apparition avec une version audio. Le texte est lu à haute voix par un comédien Anglophone, accessible à tous gratuitement avec l'application Nathan Live.

Les textes en anglais ont été étudiés pour être abordables dès le plus jeune âge avec du vocabulaire simple et spécifique à l'apprentissage de la lecture et des phrases courtes, sans aucun doute, ruez-vous sur ces albums !!

Edmond et ses amis (Astrid Desbordes & Marc Boutavant)


Edmond est un écureuil qui vit au milieu d'une clairière parmi ses amis. Edmond est un personnage lunaire et timide qui aime par dessus tout l'aventure en compagnie de ses nombreux amis. Pour moi le point fort de cette série au-delà des personnages adorables pleins de vie, ce sont les illustrations majestueuses dont on ne se lasse pas, les aventures d'Edmont et ses amis sont tellement bien retranscrites via des illustrations pleines de couleurs qu'on se laisse facilement prendre au jeu...


mardi 4 juillet 2017

Ma guerre de la Rochelle à Dachau

G.P Gautier & T.Oger
BD
Editions Rue de Sevres
Parution : février 2017
81 pages














A travers cette bande dessinée, Tiburce Oger retrace en image la mémoire de son grand-père : G.P Gautier. Alors que son grand-père a gardé le silence toute sa vie sur ce qu'il a vécu durant cette terrible période qu'à été la Seconde guerre mondiale, G.P Gautier va décider de faire parler sa mémoire le jour où il va recevoir la distinction de Chevalier de la Légion d'Honneur.

A notre tour nous découvrons la vie de cet homme qui fût exemplaire devant les événements qui se mirent tour à tour sur son chemin. Entré dans la Résistance à l'âge de l'innocence, à l'âge de 16 ans Guy-Pierre Gautier n'a pas hésité à se mettre en danger au nom de la liberté, de NOTRE liberté. Accompagné de ses camarades de Résistance, il a créé l'OSE "L'Organisation Secrète Etudiante", prenant leur rôle à coeur ils fabriquaient des tracts avec de la pâte à polycopié sur "la défaite prochaine de l'Allemagne", interrogé par les renseignements généraux, Guy-Pierre Gautier décida de se faire oublier durant un certain temps en partant en camp de jeunesse, une sorte de service du travail obligatoire pour les plus jeunes. 

Ce fût bien entendu pour revenir en force, Guy-Pierre Gautier et ses camarades furent désignés par le comité central de la Résistance pour entrer dans le combat, pas en allant sur le front mais plutôt en menant le plus d'actions de sabotage possible pour détruire les infrastructures et le matériel. Malheureusement arrêtés en octobre 1943 par la Gestapo, transférés à la prison de la mort, victimes de la barbarie des interrogatoires,  le réseau fût finalement condamné pour  "entreprise terroriste et communiste".

En mai 1944 des membres de la division Das Reich vint les chercher, le réseau fût chargé dans des wagons et déporté en Allemagne, ils arrivèrent le 21 juin 1944 à Dachau et se retrouvèrent enfermés dans l'enfer concentrationnaire jusqu'à la libération du camps par l'armée Américaine en avril 1945.

Quelle horreur que de lire cette énième témoignage, qui nous rappelle a quel point nous avons de la chance de vivre en liberté grâce à ces hommes et à ces femmes qui ont eu le courage de lutter et de résister jusqu'au bout dans des conditions inhumaines, dans des conditions de vie qu'aucun être sur terre ne devrait avoir à vivre. Les images sont percutantes et nous renvoient toute la violence et toute l'horreur que cette douloureuse période a engendré. Merci à vous Guy-Pierre Gautier de nous faire l'honneur de faire parler votre mémoire, votre témoignage est précieux et se doit d'être inscrit et reconnu aux yeux de tous par devoir de mémoire mais aussi pour vous remercier vous et tous ceux et celles qui ont combattu afin de nous rendre notre liberté.
.