mardi 27 décembre 2016

5 témoignages à lire au moins une fois



1-
Jennifer Teege découvre à 38 ans qu'elle est la petite-fille d'Amon Göth, le sanguinaire commandant du camp de concentration immortalisé par La liste de Schindler. Cette histoire la concerne-t-elle ? Pourquoi sa mère, qui ne lui a jamais parlé, la confie-t-elle à une famille d'accueil qui va l'adopter ? Doit-elle se sentir coupable d'aimer sa grand-mère complice de tous ces crimes ? Que dire à ses enfants, à ses amis juifs ?  Une chose est certaine : son père nigérian lui a donné une couleur de peau qui l'aurait immédiatement condamnée aux yeux de son grand-père. Un témoignage que l'on se prend en pleine figure,  à la fois  poignant et tellement fascinant, enrichissant... mais surtout nécessaire parce qu'il est l'exemple même de ce que les secrets de famille engendrent.


2-

3-
« Nous sommes les parents d un tueur et violeur. Nous sommes pétris de honte, de chagrin, de culpabilité. Pourtant, nous aimons toujours notre fils. Nous restons ses parents. À perpétuité.Nous sommes les parents de Matthieu. Le 16 novembre 2011, il a violé puis assassiné Agnès Marin. Elle avait treize ans, lui dix-sept. Seize mois plus tôt, il avait déjà violé une camarade de classe puis il avait été remis en liberté dans l attente de son jugement. Nous pensons constamment à ses victimes et à leurs proches.Après quatre années de silence, nous voulons, ici, essayer de comprendre." C'est difficile d'apporter un jugement sur ce témoignage totalement légitime qui se veut avant tout honnête. Sophie et Dominique Moulinas ne nous cache rien, ils apportent des preuves à ce qu'ils disent...

4-
Jean Buvens a 10 ans, en 1944, lorsqu'il comprend peu à peu le rôle de ses parents pendant la Seconde Guerre mondiale : sa mère parcourt les rues de Bruxelles à la recherche de noms juifs sur les sonnettes, son père revient les soirs de rafles, les bras remplis de jouets d'enfants. Chauffeur pour la Gestapo, son père aidera les nazis en tant que dénonciateur mais, une fois leur pion devenu inutile, les Allemands n'hésiteront pas à l'exiler dans une cave en Allemagne, lui et sa famille. Jean Buvens nous livre son témoignage en tant que fils de collabo, son enfance qui fût pénible, sombre et solitaire avec des parents souvent obligés de fuir à cause de leurs activités immorales. Comment se construire dans une ambiance aussi malsaine ? Quelles sont les répercussions d'un début de vie aussi chaotique?

5-
« Tu as perdu ton fils il y a quelques semaines. Une nuit, il s’est tué dans sa chambre, au premier étage de votre maison. Au matin à huit heures, avec son père tu l’as trouvé. Alors, à voix basse, tu lui parles. Tu lui demandes s’il se souvient de ça quand tu vois des choses belles. » La mort d'un enfant est une perte indéfinissable  et choquante pour des parents, elle est encore plus violente lorsque l'enfant  décide de mettre fin à ses jours, ne laissant derrière lui  que des questions sans réponses et des traces de son existence. La perte d'un enfant, c'est ce qu'a vécu Angélique Villeneuve, une nuit de septembre lorsque son fils s'est donné la mort.


2 commentaires:

  1. Merci pour toutes ces listes qui font du mal à ma WL ^^

    RépondreSupprimer
  2. Ils ont l'air très émouvant, je prends note :)

    RépondreSupprimer