jeudi 17 novembre 2016

Les anagrammes de Varsovie

Auteure : Richard Zimler
Editions : Pocket
Parution : février 2016














Septembre 1940. Erik Cohen, vieux psychiatre juif, emménage dans le ghetto de Varsovie, chez sa nièce et son petit-neveu, Adam, qu’il adore. Réfugié dans sa propre ville, il tente de lutter contre la hantise des rafles et des camps de travail. De survivre au rationnement, à l’isolement, aux épidémies, et de protéger les siens.
Jusqu’à cette aube où Adam est retrouvé assassiné, mutilé, son petit corps jeté sur les barbelés. Contre la peur et le silence, Erik va s’échapper du ghetto pour mener l’enquête dans un Varsovie spectral, où les plus basses pulsions humaines côtoient l’héroïsme et la grandeur.



Les anagrammes de Varsovie nous replonge au cœur de la barbarie nazie, l'action se déroule au sein du ghetto de Varsovie qui fut le plus grand ghetto juif de la seconde guerre mondiale créé le 12 octobre 1940. Des milliers de personnes juives y furent parquées dans des conditions déplorables.

Erik Cohen, psychiatre se voit contraint de s'installer dans le ghetto chez sa nièce et son neveu, il vit difficilement cette mise à l'écart et cette période sombre. C'est un homme en apparence dur qui ne montre pas ses sentiments mais à force de cohabiter avec son neveu Adam, il va se raccrocher à cet enfant qui malgré les difficultés de vie détient l'innocence et la joie de vivre. Malheureusement l'avenir s'assombrit encore plus lorsqu'Adam va être retrouvé assassiné, mutilé et accroché à des fils barbelés. Acte commis par des Nazis ? Règlement de compte? Son oncle est bien décidé à connaitre la vérité et à rendre un véritable hommage à l'enfant.

A partir du moment où le corps d'Adam est retrouvé, l'action monte crescendo, on suit Erik qui se lance corps et âme dans une enquête au sein du ghetto mais aussi à l'extérieur de celui-ci en passant par des passages secrets avec son meilleur ami Izzy à leurs risques et périls. Cette enquête va lui prouver que derrière la mise en scène de l'assassinat de son neveu il y'a bien un message caché et que ce n'est pas le seul enfant qui a été visé de cette manière dans le ghetto.

Ce qui est déroutant lorsque Erik Cohen livre son récit c'est qu'il utilise une double narration et qu'il s'adresse parfois à Heniek une autre personne juive. Sur le coup on peut se poser des questions et être perdu(e) parce qu'on ne s'en rend pas forcément compte toute de suite, mais alors que la fin arrive et que le dénouement fait son boulot, c'est la surprise totale tout est évident et tout devient clair. Cela apporte une touche certaine d'originalité et ça prouve toute la capacité de l'auteur à réussir à nous berner tout en respectant strictement la trame de l'histoire et le côté historique. 

Le titre quant à lui au premier abord peut paraître mystérieux mais il prend tout son sens lors de certaines explications au début de l'histoire. En effet pour ne pas être repérées plusieurs personnes dans le ghetto utilisent leurs prénoms et leurs noms en anagramme ainsi Erik Cohen en rajoutant des lettres devient  Heniek Corben. 

Les anagrammes de Varsovie est une histoire à multiples facettes, c'est un thriller et un roman historique haletant à l'ambiance tranchante qui joue avec les apparences et qui met un point d'honneur à s'interroger sur la complexité de la vie. C'est un livre de qualité qui mériterait d'être beaucoup plus connu et mis en avant, c'est regrettable qu'il passe presque inaperçu alors qu'il y'a tellement de valeurs qui sont mises en avant au fil de ces pages...

3 commentaires:

  1. Merci pour la découverte. Comme tu le soulignes, ce livre est peu connu et je ne le connaissais pas moi-même. Je suis très intéressé par le résumé et ton avis dessus me convainc de tenter l'aventure, je vais essayer de le dénicher un jour ou l'autre.

    RépondreSupprimer
  2. C'est un livre qui pourrait vraiment me plaire, moi qui aime les thrillers et l'Historique ! Merci beaucoup pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
  3. Je reconnais que je n'en ai jamais entendu parler ... Un livre sombre et très dur, je pense me laisser tenter si l'occasion de le lire se présente.

    RépondreSupprimer