dimanche 27 novembre 2016

Le garçon au sommet de la montagne

Auteure : John Boyne
Editions : Gallimard Jeunesse
Parution : 2016














A l'aube de la Seconde Guerre mondiale, le petit Pierrot mène une vie insouciante et heureuse à Paris. Devenu orphelin, il rejoint sa tante, en Allemagne dans une maison en haut de la montagne. Sauf qu'il ne s'agit pas d'une maison ordinaire. C'est le Berghof, la résidence secondaire d'Hitler. 



John Boyne fait parti de ces auteurs talentueux que j'admire pour sa capacité à s'approprier les périodes historiques les plus sombres et à toujours y insérer de nouvelles histoires remplies d'émotions. J'ai fait sa connaissance comme beaucoup avec son roman historique écrit pour la jeunesse et adapté en film "Le garçon en pyjama rayé", dernièrement j'ai lu "Le secret de Tristan Sadler", un roman historique qui est une véritable pépite, Le garçon au sommet de la montage est donc le troisième livre que je découvre et qui me prouve encore une fois tout le talent de l'auteur.

Lorsqu'il devient orphelin Pierrot part rejoindre sa tante en Allemagne qui est gouvernante dans la maison secondaire de Hitler, le Breghof. Au début de l'histoire Pierrot est un petit garçon plein de qualité, sensible et d'une extrême gentillesse mais en changeant de vie il doit aussi changer d'identité et se faire appeler Pieters pour que cela fasse plus Allemand. Son évolution est flagrante, Hitler ne vient pas souvent dans sa maison secondaire mais le peu de temps qu'il y passe va lui servir à faire de Pierrot un véritable petit soldat nazi, Pierrot voue un culte à Hitler, il fait des pieds et des mains pour le rendre fier quitte à adopter un comportement monstrueux envers les personnes qui ne vont pas dans son sens.

Vous l'aurez compris nous sommes sur le thème de l'embrigadement dans un contexte historique lourd, c'est fort et puissant, la psychologie de Pierrot n'est pas simple à suivre au contraire son comportement est révoltant mais au vu de son jeune âge peut-on lui en vouloir?  C'est une grande question sur laquelle John Boyne nous pousse à réfléchir : lorsque l'on se retrouve sous la dictature de quelqu'un est-on totalement responsable de nos actes? Malgré tout Pierrot reste un gamin attachant, sa situation est bien malheureuse mais sa capacité à rebondir est époustouflante et la fin de l'histoire va nous prouver qu'au fond ce n'est pas un garçon si mauvais qu'on pourrait le penser.

Encore une réussite pour John Boyne, en ayant inclus un enfant au centre de l'histoire dans un contexte historique aussi sombre, l'ensemble du récit ne peut qu'être encore plus prenant et douloureux, cela nous emmène vers une profonde réflexion, c'est d'ailleurs grâce à cela que l'on reconnait un bon livre...

2 commentaires:

  1. J'ai failli l'emprunter justement hier à la médiathèque ;) Je n'ai rien lu de cet auteur encore mais je compte bien y remédier très vite ! Mais pour le moment je privilégie mes lectures pour le cold winter challenge :) Merci pour le partage en tout cas, tu me convaincs encore plus !!

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai emprunté à la bibliothèque et lu ce mois-ci. C'est mon premier John Boyne et je dois dire que j'ai trouvé cette histoire, tout étant horrible quand même ! Ta chronique est vraiment très juste, en tout cas :)

    RépondreSupprimer