mardi 1 novembre 2016

Dernier meurtre avant la fin du monde

Auteur : Ben H. Winters
Editions : Super 8
Parution : février 2015














Concord, New Hamsphire. Hank Palace est ce qu’on appelle un flic obstiné. Confronté à une banale affaire de suicide, il refuse de s’en tenir à l’évidence et, certain qu’il a affaire à un meurtre, poursuit inlassablement son enquête. 

Hank sait pourtant qu’elle n’a pas grand intérêt puisque, dans six mois il sera mort. Comme tous les habitants de Concord. Et comme tout le monde aux États-Unis et sur Terre. 

Dans six mois en effet, notre planète aura cessé d’exister, percutée de plein fouet par 2011GV1, un astéroïde de six kilomètres de long qui la réduira en cendres. Aussi chacun, désormais, se prépare-t-il au pire à sa façon.


Les éditions Super 8 ne dérogent jamais à la règle concernant leurs publications mêlant originalité, surprise et diversité mais si jusqu'à présent je n'ai eu que des coups de coeur, ce n'est pas le cas pour ce livre. 

Nous sommes ici sur un polar post-apocalyptique et nous suivons Hank Palace, un agent des forces de police en train de mener une enquête suite à la découverte d'un corps pendu dans les toilettes d'un Mcdo. Si aux yeux de tous cette découverte passe pour un suicide pour Hank Palace ce n'est pas si simple puisqu'il est convaincu que c'est un meurtre, à 6 mois de la fin du monde il décide que rien ne pourra l'empêcher de faire son boulot.

Honnêtement, j'en ai bavé pour terminer cette histoire, je sais qu'elle est appréciée de beaucoup de personnes mais pour le coup j'ai trouvé l'enquête terriblement ennuyante, lourde et sans grands rebondissements. Pourtant tout a bien commencé,  j'ai adoré le contexte dans lequel évolue l'enquête, on s'imagine vraiment faire partie de cette fin du monde qui fait froid dans le dos, l'ambiance est oppressante l'économie du monde s'est définitivement effondrée, l'essence n'existe plus les voitures roulent avec de l'huile et même la célèbre multinationale qui n'est autre que Mc Donald n'est plus qu'un ancien souvenir, ce sont des personnes lambda qui s'en servent comme point de restauration et la majorité des gens ont même quitté leur boulot pour vivre les derniers instants.

Ben H Winters pose un décor extraordinaire qui semble presque réaliste pour le lecteur mais  une enquête trop lente et un inspecteur qui s'embourbe sans vivre de gros rebondissements font que  l'ensemble manque de rythme et ne donne pas envie de lire les deux tomes qui suivent...

3 commentaires:

  1. Je suis tout de même curieuse de le lire pour l'ambiance "fin du monde" ...

    RépondreSupprimer
  2. Dommage pour cette petite déception... Mais j'avoue que l'aspect fin du monde m'appelle haut et fort...

    RépondreSupprimer
  3. Vu ton avis, j'ai plutôt envie de passer mon chemin que de lui laisser sa chance :-/

    RépondreSupprimer