mardi 18 octobre 2016

Bloc 11

Auteur : Piero Degli Antoni
Editions : Archipoche
Parution : septembre 2016















1944, Auschwitz : le commandant du camp organise un jeu sadique et démoniaque avec dix déportés : il leur donne une nuit pour désigner lequel d’entre eux devra mourir le lendemain. Pourquoi ? Trois prisonniers se sont évadés, et ceux qui restent doivent payer. Quelle sera leur réponse face à cette cruauté poussée à l’extrême ?


Que dire à part que juste en lisant le résumé l'affaire était dans le sac, je pense que quand on tombe sur un résumé comme celui-ci alors qu'on est adepte des huis clos & des thrillers psychologiques, on ne peut pas passer à côté, vous ne pensez pas ? 

Nous sommes au milieu des années 1990 lorsque par une belle journée ensoleillée Moshe, un vieil homme entend une expression Allemande qui le ramène cinquante ans en arrière précisément en 1944 à Auschwitz. Pour une raison inconnue au lieu de fusiller 10 déportés comme cela aurait été le cas habituellement suite à l'évasion de 3 d'entre eux, le commandant du camps décide de sélectionner 10 détenus dont Moshe et de les envoyer une nuit dans le bloc 11. Ces 10 détenus ont une nuit pour choisir lequel d'entre eux devra mourir le lendemain...

Le commandant du camp est passionné d'échec, il va donc improviser une partie grandeur nature avec les 10 détenus et en parallèle il va se lancer dans une partie avec son fils de 8 ans, au cours de cette dernière il va rentrer dans de grandes explications avec beaucoup de finesse, de psychologie mais aussi et surtout avec une bonne dose de sadisme au fur et à mesure que les pions bougent. Ce qui est déstabilisant c'est qu'on ne sait pas pourquoi ces prisonniers ont été choisi précisément, rien ne les rapproche si ce n'est qu'aucun d'entre eux n'est tout blanc et qu'au bout du compte ils devront faire ce choix cruel et ainsi faire éliminer un des leurs.

En mettant en place ce jeu démoniaque, le commandant du camp cherche à déshumaniser encore plus les détenus, il les connait parfaitement, il connait leurs points forts et leurs points faibles, il ne veut qu'une chose les pousser à bout et exterminer ce qui est selon lui de simples pions, des moins que rien. En voulant diviser les détenus et les faire s’entre-tuer, il ne va obtenir que le contraire, en effet avec le temps le groupe comprend que l'union fait la force et qu'ensemble ils pourront trouver la solution.

A la lecture de ce roman l’atmosphère est pesante, dérangeante et sombre. Le fait que l'histoire se déroule sous fond de Nazisme et au sein d'un camp de concentration est assez déroutant puisque ce n'est pas que de la fiction c'est aussi historique. Le bloc dans lequel les détenus ont dû passer la nuit a réellement existé à Auschwitz comme le précise l'auteur à la fin du livre. Afin de retranscrire correctement la vie dans un camp de concentration, l'auteur s'est aidé d'un témoignage d'un ancien détenu, un réel bon point qui nous prouve que Piero Degli Antoni a été très professionnel dans l'écriture de ce roman.

Au final c'est un huis clos glacial dans lequel règne une atmosphère pesante, le commandant du camp est un sadique de haut vol on le comprend à sa façon de jouer aux échec grandeur nature avec les détenus du camp. C'est psychologique, psychiatrique, pathologique et monstrueux ! Bravo à l'auteur pour son talent et son fair play.

3 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout ce livre et je te remercie pour cette découverte. Le sujet et le contexte sont glaçants! J'espère avoir l'occasion de le lire un jour.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai justement vu l'avis d'une booktubeuse sur ce roman ce week-end et elle a eu un coup de coeur ! Vous me donnez toutes les deux envie de lire ce thriller :)

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connaissais pas non plus, mais ce que tu en dis dessus me convaincs, je le rajoute à ma WL!

    RépondreSupprimer