mardi 12 juillet 2016

Désordre

Auteur :  Penny Hancock
Editions : Sonatine
Parution : 2013













Sonia, la quarantaine, mène une vie confortable dans la jolie maison des bords de la Tamise où elle a grandi. Mais depuis que son mari, Greg, multiplie les déplacements professionnels à l’étranger et que leur fille Kit est partie à l’université, son existence lui pèse. Alors que Greg la presse de quitter Londres pour se rapprocher de lui, Sonia se sent incapable de quitter sa maison, décor d’une jeunesse pour laquelle elle éprouve la plus vive nostalgie. À l’heure du bilan, elle réalise en effet que son adolescence a été le seul moment vraiment heureux de son existence, celui où les émois et les sentiments ont été les plus forts et les plus purs. Aussi, lorsque Jez, 15 ans, le neveu d’une de ses amies, Helen, vient frapper à sa porte pour emprunter un disque, Sonia, prise d’une pulsion inexplicable, décide de ne plus le laisser partir. Elle se met alors à nourrir une étrange et inquiétante obsession pour la jeunesse de Jez, qu’elle tient séquestré.


Avant de lire ce livre, je ne connaissais pas du tout Penny Hancock, c'est donc avec plaisir que je me suis plongée dans cette histoire, belle découverte au passage qui m'incite à découvrir d'autres romans de l'auteure.

Les thrillers psychologiques c'est précisément ce que je préfère et une chose est sûre, c'est que je ne suis pas déçue du voyage. En effet pour cette histoire Penny Hancock nous a concocté des personnages aux petits oignons, deux "desperates" quarantenaires en mal de vivre, délaissées par leurs maris, rongées par des souvenirs les voici les voilà : Sonia et Helen. Tout commence lorsque Sonia décide de séquestrer le neveu d'Helen sans scrupule, alors que le jeune Jez venait juste pour emprunter un disque. Dès le début nous assistons à cet attachement malsain, de fil en aiguille l'histoire dégénère et Sonia s'embourbe doucement mais sûrement, elle en est sûre Jez est maintenant à elle, il lui appartient et pour ça elle fait des pieds et des mains quitte à lui mentir. D'un autre côté Helen est un peu chamboulée par la disparition de son neveu mais pas trop, une enquête policière a été ouverte, on découvre que les tensions sont nombreuses dans sa famille et par la même occasion qu'elle n'a pas la conscience tranquille...

Au fil des pages Sonia sombre peu à peu dans la folie et c'est rien de le dire, elle oscille entre le présent et des morceaux de souvenirs qui lui reviennent, on comprend qu'elle n'a pas des rapports normaux avec son mari. C'est une femme difficile à cerner, malheureuse qui pour une raison bien précise a besoin de se raccrocher à quelqu'un, ceci dit la fin m'a littéralement clouée sur place même en sachant qu'elle était complètement dingue, elle nous prouve que la folie n'a pas de limite.

Penny Hancock dresse les portraits de deux femmes qui en apparence ressemblent à tant d'autres, bien sous tout rapport elles passent inaperçues jusqu'au jour où les masques tombent. Le style de l'auteure est pour ainsi dire très spécial, l'intrigue se déroule doucement, très doucement pour que le lecteur puisse mieux s'imprégner de la folie qui règne dans cette histoire, le genre de style qui ne plait pas à tout le monde, si vous êtes branché psycho voire psychiatrique et qu'un récit lent ne vous dérange pas, il n'y a pas de doute, ça vous plaira !

7 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ce que fait Sonatine, donc je retiens celui-ci :) !

    RépondreSupprimer
  2. Bon, ça risque de coincer un peu à cause du rythme, mais je testerai peut-être quand même si j'en ai l'occas.

    RépondreSupprimer
  3. Je l'ai en ebook. Il a l'air tellement, surtout avec une chronique pareille ! Tu es très tentante :D

    RépondreSupprimer
  4. Je note ce titre! Il pourrait bien me plaire!
    (au passage, je ne crois pas te l'avoir dis, très joli le nouveau design de ton blog! =))

    RépondreSupprimer
  5. Il me le faut absolument !

    RépondreSupprimer
  6. J'adore les thrillers psychologique de Sonatine, merci pour cette chronique, je le note !!

    RépondreSupprimer