dimanche 24 janvier 2016

La petite Suzanne

Auteur :  Roger  Judenne
 Editions : De Borée
Parution :  septembre 2015














Pour suppléer son mari blessé à la guerre, Joseph, et élever Pierre, deux ans, et Jeanne, trois mois, Rosine devient nourrice de Suzanne, pupille de l'Assistance publique. Mais l'enfant meurt prématurément, au grand désarroi de la famille qui en vient à un acte insensé : substituer Jeanne à Suzanne. Les années passent et la peur que l'inspection découvre l'imposture s'estompe… jusqu'au texte de loi du 19 juin 1923 qui régit l'adoption des mineurs. Un riche couple parisien, sans enfants, porte son choix sur Jeanne-Suzanne au grand désespoir de Rosine et de Joseph qui vont devoir se lancer dans une course à l'adoption de leur propre fille… au risque de la perdre à jamais.


C'est le résumé qui m'a totalement charmée, parce que comment ne pas être intéressé par ce qui  est écrit hein?  Difficile n'est-ce pas? En tout cas j'ai fait des pieds et des mains pour  trouver ce livre, oui parce qu'habitant dans une ville sans librairie et avec un Espace Culturel dans lequel on ne trouve jamais rien, vive internet du coup une fois reçu je l'ai dévoré.

Cette histoire nous plonge dans l'époque de l'après grande guerre, période pendant laquelle les femmes ont dû remplacer leur mari pour maintenir financièrement l'équilibre de la famille afin de ne pas tout perdre. C'est le cas de Rosine, sur le point de perdre sa ferme, elle va prendre une décision qui pourra sauver sa famille de la faillite : Accueillir une pupille de l'Assistance Publique. 

Le gros défaut de ce livre est le résumé qui dit tout et qui selon moi gâche l'histoire, l'effet de surprise n'étant pas là, avant de commencer l'histoire on sait déjà à quoi s'en tenir, la seule chose qu'on ne sache pas est la finalité de l'histoire, et c'est selon moi bien trop léger puisque entre temps on doit faire face à de bonnes longueurs. 

Le plus intéressant dans ce livre est le côté historique de l'histoire. A travers cette histoire on en apprend davantage sur le quotidien des femmes à cette époque d'après guerre, les situations difficiles auxquelles elles sont confrontées en l'absence de leurs maris et d'un autre côté nous apprenons beaucoup de choses  sur les pupilles de l'Assistance Publique,  leurs vies lors de leurs placements, les lois qui les concernent et enfin nous faisons connaissance avec le métier d'Inspecteur de l'Assistance Publique. Toute cette partie sauve vraiment le reste de l'histoire qui est vraiment plate étant donné que l'on connait en avance les événements qui vont se produire, le potentiel était pourtant présent avec une histoire forte.

Une lecture très mitigée limite décevante, qui aurait pu être encore plus intéressante si le résumé ne dévoilait pas autant d'informations, heureusement le côté historique très enrichissant ne nous laisse pas "bredouilles".


6 commentaires:

  1. J'adore la couverture mais une fois lue ta chronique, j'en ai plus trop envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment que la couverture est mignonne et représente bien l'histoire je trouve. Tente le coup si tu en as l'occas

      Supprimer
  2. Qu'est ce que ça peut m'enerver quand les éditeurs plombent leur bouquin avec ce genre de quatrième de couverture ! Tu te souviens Le Garçon d'à côté ? ... C'est vraiment dommage, il a l'air pas trop mal en plus celui-ci...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'm'en souviens exactement le même coup. ça dégoute parce qu'à cause de ce genre de résumé on passe à côté de beaux coup de coeur. En tout cas je suis contente d'avoir attendu de l'avoir en occas

      Supprimer
  3. Il a l'air passionnant mais ton avis me freine un peu :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux toujours tenter si tu aimes le côté historique, ça reste tout de même une belle histoire

      Supprimer