mercredi 21 octobre 2015

La couleur du lait

Auteur : Nell Leyshon
Traductrice : Karine Lalechère
                Editions :  10/18
                Parution : Septembre 2015
 Pages : 187












1831. Mary une jeune fille de 15 ans mène une vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset. Simple et franche, mais lucide et entêtée, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu'on l'a envoyée chez le pasteur Graham, pour servir et tenir compagnie à son épouse, une femme fragile et pleine de douceur. Avec elle, elle apprend la bienveillance. Avec lui, elle découvre les richesses de la lecture et de l'écriture... mais aussi obéissance, avilissement et humiliation. Un apprentissage qui lui servira à coucher noir sur blanc le récit tragique de sa destinée. Et son implacable confession.


La couleur du lait est un roman qui me faisait de l'oeil depuis un bon moment, impossible de résister devant une si belle couverture et un résumé  aussi prometteur. 187 pages seulement et pourtant tout est réunit  pour nous faire passer par tout un tas de sentiments.

En  1831 Mary 15 ans, commence à écrire son histoire. Et quelle histoire ! Dans un premier temps Mary nous parle de sa vie à la ferme, dure et sans concession,  de sa famille et plus particulièrement de son grand-père qu'elle chérit et de son père avec qui elle a bien du mal à s'entendre à cause de la violence et  des exigences dont il fait preuve envers elle et ses sœurs. Et puis viens le moment ou elle doit quitter cette ferme, pour travailler chez un pasteur afin d'être dame de compagnie auprès de la femme de celui-ci étant  malade. Mary nous promet de tout nous raconter, et c'est ce qu'elle fait, le temps passe, c'est la routine elle va apprendre à lire et à écrire, jusqu'au jour ou une tragédie s'abat sur sa vie.

Pour commencer, il faut savoir que le récit  ne contient aucune ponctuation ou majuscule, Mary écrit comme elle parle avec des mots simples et parfois dans son dialecte. Pour les personnes qui penseraient que ce style d'écriture va les gêner ou va alourdir le récit  détrompez vous! En procédant ainsi l'auteur nous offre un récit profond, qui a la qualité de nous faire ressentir plus facilement les sentiments de Mary et ainsi d'être totalement plongé dans ce récit poignant.

J'ai trouvé le caractère de Mary tout simplement  excellent, sa spontanéité, son honnêteté , sa façon de se rebeller, fait d'elle une personne moderne, et en avance sur son temps lorsque l'on sait qu'à  cette période la condition des femmes était terrible. Elles n'avaient pas accès à l'éducation, la plupart des femmes ne savaient ni lire ni écrire et de ce fait ne pouvaient pas se défendre, cela était donc source de profit pour des personnes malintentionnées.

La couleur du lait est un récit qui mérite d'être connu,  et l'auteur reconnue pour son talent indéniable. En plus d'avoir un contenu avec un potentiel certain, ce livre vous offre à la fin une surprise de taille qui vous fera sans aucun doute tomber de haut, et pour ça j'adhère ! Et j'en redemande encore. 


7 commentaires:

  1. Cette particularité avec l'absence de ponctuation peut me rebuter à la lecture, mais j'ai tellement envie de savoir ce que ça donne =D !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement avant de le lire je pensais la même chose et finalement tu es tellement happée par le récit que ça passe tout seul tu te crée ta propre ponctuation au final ^^

      Supprimer
  2. Je l'ai glissé dans ma wishlist :)
    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  3. Je suis tellement contente qu'il t'ait plu ! Un vrai coup de coeur (surprise en + !) pour ma part. Et les bizarreries de style, on passe outre très facilement en fait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Carrément oui, perso je n'y ai même pas prêté attention, ça se lit tellement bien que, bah... que demander de plus quoi ^^

      Supprimer
  4. Qu'est-ce que j'en ai entendu parlé de ce livre . Très très envie de le découvrir ! Allez hop dans ma Wish :)

    RépondreSupprimer