samedi 14 mars 2015

Notre mère

Auteur : Koren ZAILCKAS
Traducteur :Samuel SFEZ
                  Editions : Belfond

                    Parution : Janvier 2015
 Pages :433
   Prix :  21.50 €













Que s’est-il passé pour que Violet Hurst, seize ans, tente d’agresser sa mère avec un couteau, blesse son petit frère et se retrouve placée en hôpital psychiatrique ? Loin de chez elle, l’adolescente réfléchit, cherche la raison de sa détresse psychologique, de sa subite addiction au LSD, de ses tendances à l’autodestruction ; la raison qui pousse son père à se noyer dans son travail et dans l’alcool ; la raison qui brise chaque jour un peu plus la fragile confiance en soi de son frère Will, dix ans, auquel on vient de découvrir un syndrome d’Asperger ; celle encore qui a poussé sa soeur aînée Rose à fuir le domicile familial un an plus tôt sans laisser d’adresse. Une raison nommée Joséphine, la mère...


J'ai découvert ce livre au hasard  grâce à la chaîne  YT  Le boudoir littéraire. La façon dont le livre a été présenté, le résumé et la découverte du thème ont fait que j'ai été conquise j'ai donc décidé de me lancer dans cette nouvelle lecture avec beaucoup d'enthousiasme.

Les Hurst ont tout pour être heureux en apparence, mais comme dit le dicton l'habit ne fait pas le moine. Rose la fille aînée  a disparu suite à un incident,  Violet la cadette est internée suite à une altercation avec son jeune frère, sous l'effet de la drogue et Will le 3 ème enfant de la fratrie a été diagnostiqué autiste asperger mais aussi épileptique. Quant aux parents, le père Douglas délaisse sa famille laissant sa femme Joséphine régenter l'ensemble de la famille sans se rendre compte que celle-ci est loin d'être blanche de tout soupçon.

Tout d'abord, je tiens à féliciter Koren Zailckas pour ce très bon roman, qui est en plus son tout premier, quel talent ! 
Grâce à son travail très fin, le roman nous embarque en plein cœur d'un drame familial et psychologique où finalement tout part en vrille. Très vite on comprend que la mère à un rôle majeur dans les événements secouant la famille, son comportement étrange avec son fils Will nous met la puce à l'oreille. En effet  Joséphine le  façonne comme elle le souhaite, allant jusqu'à le couper du système éducatif afin de le laisser à la maison sous prétexte de son autisme. Cette femme a un profil psychologique terrifiant qui dépasse tout entendement, certains passages nous glacent le sang et plusieurs fois je me suis demandée jusqu'où elle pouvait aller dans sa quête destructrice et dévastatrice. Douglas le mari est pris  par ses problèmes liés à l'alcool et n'a pas vu l'évolution catastrophique  de sa famille, je ne vous cache pas que son comportement égoïste m'a franchement agacée. 

Un des points que j'ai aussi beaucoup apprécié,  les chapitres alternés entre Violet et Will nous avons donc directement leurs ressentis et leurs pensées. La fin est prenante et totalement inattendue, la surprise est de taille concernant l'évolution de Will.

Notre mère dont le titre prend tout son sens face à cette histoire m'a fait passer un très bon  moment à tel point que je n'ai pas vu le temps filer, l'histoire est tellement bien ficelée que j'aurai voulu qu'elle ne s'arrête pas, l'ambiance est angoissante, elle est digne d'un bon roman de drame psychologique. Ce roman est une bombe dans tous les sens du terme, une bombe à retardement !

3 commentaires:

  1. Je l'ai vu sur un autre blog et c'est vrai que tous ces avis positifs me donnent envie de le lire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lance toi si tu le peux il est vraiment excellent :)

      Supprimer
  2. Wouah grâce à ton avis, je vais peut-être le sortir de ma pile à lire !
    Il me tente pour son côté psychologique :)
    Superbe avis.
    Bises

    RépondreSupprimer