vendredi 24 mars 2017

20, allée de la Danse : Tome 5 : L'envol d'une discrète

Elizabeth Barféty
Jeunesse
Editions Nathan
Parution : mars 2017
155 pages















Loin de l'Italie, son pays natal, Sofia n'a pas tous les jours le moral. Elle est fière d'avoir intégré l'École de Danse de l'Opéra de Paris, institution qui la faisait rêver depuis longtemps, mais le quotidien n'y est pas toujours facile. Elle est timide, très naïve et le français n'est pas sa langue maternelle, ce qui complique les choses en cours, mais aussi avec ses camarades de sixième division… Elle a l'impression d'être en permanence la cinquième roue du carrosse. La petite danseuse finira-t-elle par trouver sa place et prendre confiance en elle ?


Les éditions Nathan continuent de publier en collaboration avec l'Opéra National de Paris, une série de romans illustrés fidèles au quotidien des petits rats de l'Opéra

Dans ce 5 ème tome nous suivons  toujours un personnage en particulier comme pour les tomes précédents. Comme l'indique clairement le résumé Sofia est une jeune élève qui rencontre des problèmes d'intégration. A cause de sa timidité et parce qu'elle ne comprend pas encore parfaitement la langue Française et ses expressions, elle se sent isolée. Comment s'intégrer lorsque l'on ne comprend pas les blagues que nos camarades nous font et que l'on prend comme de la moquerie ? 

Ce tome soulève une des problématiques que peuvent rencontrer de nombreuses personnes lorsqu'elles arrivent dans un pays qu'elles ne connaissent pas et dont elles doivent tout apprendre. Je pense que ce genre de livre peut aider des élèves dans ce cas, Sofia peut être un modèle  pour prouver que dans tous les cas une intégration est possible lorsque tout le monde y met du sien. 

Je suis toujours conquise par cette série qui s'intéresse de près aux problématiques que peuvent rencontrer au final tout élève au delà de l'Opéra. Difficultés d'intégration, peur de l'échec, rivalité, compétition, quête d'excellence ... autant de sujets qui méritent d'être aussi magnifiquement traités que dans cette série.

mardi 21 mars 2017

L'Epouvanteur, tome 13 : La revanche de l'épouvanteur

Joseph Delaney
Fantastique
Editions Bayard Jeunesse
Parution : février 2017
349 pages













John Gregory l'épouvanteur se sent vieillissant. Alors qu'il prépare son testament pour léguer à Thomas Ward ses deux principales maisons, une pensée l'obsède encore : détruire à tout jamais le Malin. Il découvre que, pour cela, son apprenti doit accomplir un rituel barbare lors de la prochaine fête d'Halloween. Ce dernier doit y sacrifier celle qu'il aime le plus, la jeune sorcière Alice... mais en est-il capable ? L'Épouvanteur et son apprenti décident de chercher une autre solution pour empêcher le Mal de triompher. Bientôt Alice disparaît, et de bien sombres événements ne cessent de tourmenter Thomas Ward...


Risque de spoil 

Eh voilà la fin tant attendue est arrivée pour mon plus grand plaisir, 13 ème et dernier tome d'une magnifique saga qui jusqu'au bout, jusqu'à la dernière page aura su nous surprendre.

Dans ce dernier tome, Tom est plus que jamais confronté à l'obscur mais aussi à la déception. Alors qu'une page est en train de se tourner, que son maître vieillit de plus en plus et qu'un nouveau tournant l'attend il va devoir faire face à la trahison de sa grande amie Alice, Tom va se retrouver dans une longue et fastidieuse aventure qui va lui prendre toute son énergie et mettre sa vie et celle de son entourage en danger. 

L'évolution de Tom est flagrante, on peut aisément constater qu'il est de plus en plus à l'aise et près à quitter son apprentissage auprès du vieux Grégory, bien sûr il lui reste toujours quelques défauts qui le caractérisent comme un brin de naïveté, mais on peut aussi constater qu'il est de plus en plus indépendant et qu'il n'a pas peur de braver des tempêtes, on peut dire qu'il a trouvé sa voie et que le métier d'Epouvanteur lui colle parfaitement à la peau.

De l'action encore et encore, Joseph Delaney est un maître pour exploiter toute sorte d'émotion et faire en sorte que son lectorat vive à 100 % les aventures trépidantes de Tom. C'est une fin grandiose que nous sert sur un plateau d'argent l'auteur, une fin qui nous laisse espérer qu'une suite de saga est possible et que c'est presque avec certitude que l'on pourra retrouver Tom mais cette fois en tant qu'Epouvanteur et non en tant qu'apprenti, personnellement je m'en réjouis déjà !

samedi 18 mars 2017

Pour que tu sois mienne

Sara Farizan
Contemporain
Editions Milady
Parution : janvier 2017
286 pages














Sahar a 17 ans et elle est amoureuse de sa meilleure amie, Nasrin, depuis l’enfance. Les deux jeunes filles ont échangé autant de baisers volés que de promesses d’amour éternel. Mais l’Iran est un pays dangereux pour les homosexuels : Sahar et Nasrin seraient battues ou même mises à mort si leur secret était révélé.


Quand les parents de Nasrin décident de la marier, Sahar s’effondre. Son amie tente de lui démontrer que leur relation peut continuer dans le secret, mais Sahar ne peut s’y résoudre. La société ne l’autorise pas à partager la vie d’une femme. Et son cœur ne lui permet pas de partager l’amour de sa vie avec un homme. Cependant, les paradoxes d’un pays malade de sa religion fait que les mollahs lui permettent en revanche de vivre avec une femme, à la condition de devenir un homme.


Vous connaissez cette sensation lorsque vous croisez un livre et qu'il vous attire tout de suite, au point ou vous vous dites "ce livre est fait pour moi, je vais l'adorer" ? C'est ce qui s'est passé quand j'ai vu ce livre pour la première fois sur Instagram.

Forcément lorsque l'on lit le résumé, il est difficile de passer à côté sans se poser de question, parce que oui avec ce livre dès les premières lignes on comprend que cela va être une histoire poignante qui va soulever de nombreux tabous dans un pays où la condition des femmes laisse à désirer.

Sahar et Nasrin sont deux personnages passionnés et passionnants mais leur vie est loin d'être simple. Toutes deux se connaissent depuis toutes petites, si tout le monde les pense meilleures amies, la réalité est tout autre, en effet elles vivent une relation amoureuse cachée. Comme on le sait en Iran l'homosexualité n'est pas la bienvenue au contraire c'est une orientation sexuelle dangereuse c'est pour cela que Sahar et Nasrin sont bloquées et cela est pire le jour où Nasrin doit épouser un homme. Suite à cette annonce, Sahar va faire des pieds et des mains pour trouver une solution, quitte à mettre sa santé en péril, elle va tout faire pour protéger celle qu'elle aime.

A travers l'histoire de Sahar et Nasrin, l'auteure dénonce les injustices et les inégalités de ce pays, tout en nous emmenant dans une profonde réflexion et en nous faisant remarquer les incohérences qui règnent. Une des incohérences les plus dingues en Iran c'est que l'homosexualité est pénalisée par contre la transsexualité est acceptée et le coût de l'opération est même pris en charge car l'état estime que c'est une "réparation".

Sahar est propulsée malgré elle dans un combat qui va l'amener à remettre en cause son identité sexuelle, mais plus qu'une quête identitaire, c'est un élan d'amour monumental qui va la pousser à obtenir ce qu'elle souhaite. 

D'une écriture fascinante, l'auteur nous propose une plongée au coeur de la clandestinité, une magnifique histoire d'amour mais presque impossible, elle dénonce au passage les réalités de ce pays qui sont parfois complètement incohérentes.

Le livre de mémoire - Traces de l'enfer

Sous la direction de : Georges Bensoussan
Historique
Editions Larousse
Parution : octobre 2015
127 pages

















Ce livre majestueux, c'est le genre de livre que tout passionné d'Histoire devrait avoir dans sa bibliothèque, il regorge d'informations grâce à des facs-similés passionnants et est accompagné des précieux témoignages de personnes qui ont dû faire face à la monstruosité. 

Ainsi la parole est donnée à Ida Grinspan, Marceline Loridan-Ivens, Sarah Montard, Henri Borlant, Charles Palant, Victor Pérahia, tous témoignent de l'horreur qu'ils ont vécus dans les camps, les déportations, leurs vies marquées à jamais. Des témoignages bouleversants mais plus que nécessaires pour un livre qui retrace l'enfer, ces victimes du nazisme nous apportent  des preuves pour que cette période tragique ne tombe pas dans l'oubli.



Le livre de mémoire retrace la Shoah du début de la guerre aux jugements des criminels à Nuremberg, c'est un bijou magnifiquement élaboré avec des documents inédits, on y trouve des lettres de dénonciation,  le statut des personnes juives annoté par le maréchal Pétain, des notes de service de Drancy, les consignes données aux forces de l'ordre de police avant la rafle du Vél d'Hiv... tous ces documents réunis mettent en exergue les rouages idéologiques, administratifs, et économiques de la destruction des juifs d'Europe.



Pour conclure, je ne dirai qu'une chose, foncez, oui cet ouvrage coûte une petite somme mais en réalité, il vaut bien plus lorsque l'on découvre tout le travail réalisé et les témoignages précieux qui l'accompagne, raison de plus pour ne pas hésitez  à l'acheter si vous le croisez...

jeudi 23 février 2017

Petite pause


Comme certains ont pu le voir sur Instagram, je suis en cours de déménagement ce qui explique le ralentissement du blog. Le rythme du blog va être en berne pendant un petit mois ou moins si tout se passe comme prévu, après je reviendrai en force ! 

En attendant je vous laisse devant ce décor désastreux, qu'est ce que c'est triste des bibliothèques vides et des livres rangés dans des sacs : 





Je vous dis à bientôt pour de nouvelles lectures et pour visiter vos blogs <3


vendredi 17 février 2017

Promenez-vous dans les bois... pendant que vous êtes encore en vie

Ruth Ware
Thriller
Editions Fleuve Noir
Parution : fevrier 2016
377 pages














Une jeune femme reçoit un message l'invitant à l'enterrement de vie de jeune fille d'une de ses anciennes meilleures amies. Elle arrive dans une grande propriété en verre, perdue au fond des bois. 48 heures plus tard, elle se réveille dans un hôpital couvertes de blessures. Un meurtre a eu lieu pendant la fête. Que s'est-il passé et qu'a-t-elle fait ?


Il y'a des ouvrages que l'on croise et que l'on repère tout de suite, grâce à une couverture qui sort de l'ordinaire ou à un titre accrocheur. Cela a été le cas pour moi avec ce livre au titre intriguant et obsédant qui laisse présager un excellent thriller. Je l'ai attendu depuis sa sortie en grand format inlassablement et lorsque j'ai enfin pu l'avoir entre les mains, je ne l'ai plus lâché jusqu'à la dernière page.

Imaginez qu'un jour vous receviez un mail inattendu vous conviant à l'enterrement de vie de jeune fille de votre ancienne meilleure amie,  vous trouveriez ça bizarre n'est-ce pas? Et si cet enterrement de vie de jeune fille se déroulait au sein d'une maison perdue en pleine forêt vous accepteriez ? Nora, le personnage principal et narratrice va prendre la décision d'accepter pour comprendre pourquoi, Clare son ancienne meilleure amie veut qu'elle assiste à cet enterrement de vie de jeune fille et non à son mariage, à ses risques et périls.

Très vite l'angoisse est palpable lorsque tous les convives se retrouvent au sein de la maison de verre, tous ont en commun de ne pas comprendre pourquoi ils sont conviés puisqu'ils ont tous plus ou moins perdu contact avec Clare, à part Flo qui elle a tout organisé et voue un culte sans limite pour celle qu'elle considère comme étant la reine de cette petite fête. Alors que les heures passent et que les premiers événements commencent à se succéder, l'atmosphère s'assombrit peu à peu, semant au passage le trouble dans la tête des uns et des autres.

En réfléchissant à cette lecture, autant j'ai été déçue par le secret de Nora qui promettait d'être explosif et qui au final s'est révélé être complètement banal, autant j'ai plus qu'adoré cette ambiance angoissante, glaçante dans laquelle l'auteure nous plonge au fur et à mesure que les pages se tournent. On sent que plus on avance dans la lecture plus l'étau se resserre, on sait que l'issue va être fatale puisque dès la première page nous savons dans quel état est retrouvée Nora mais pourtant, personnellement je ne m'attendais pas à un tel carnage, la mise en scène est totalement surprenante et tient debout du début jusqu'à la fin.

Pour moi le décor dressé par l'auteur et l'ambiance malsaine qui règne sont les gros point positifs du récit, ce sont même eux qui relèvent les points les plus fragiles comme par exemple  les personnages un peu trop caricaturaux et les quelques longueurs qui sont à déplorer à certains moments.

C'est dans l'ensemble une très bonne surprise pour moi, je ne suis pas déçue d'avoir tant attendu pour découvrir cette histoire machiavélique, par contre une choses est sûre si je suis conviée à un enterrement de vie de jeune fille, je réfléchirai longtemps avant d'accepter l'invitation


vendredi 10 février 2017

Madeleine Pauliac : L'insoumise

Philippe Maynial
Document - Historique
Editions XO
Parution : fevrier 2017
277 pages














Madeleine Pauliac, médecin et lieutenant, est celle d'une incroyable combattante. 


En juillet 1945, quelques semaines après la déroute nazie, elle prend la tête à Varsovie de l'Escadron bleu : onze Françaises de la Croix-Rouge d'à peine vingt ans qui, inlassablement, le jour comme la nuit, rapatrient les blessés français et volent au secours des rescapés des camps de concentration, de Majdanek, en Pologne, à Dachau, en Allemagne. 

Chaque jour, avec ses coéquipières, Madeleine Pauliac fait face à l'horreur, au désespoir, à la violence de soldats russes qui n'ont pas hésité à violer des religieuses polonaises. Plusieurs d'entre elles se retrouvent enceintes. Dans le plus grand secret, Madeleine Pauliac les aide à accoucher. C'est ce drame que raconte le film d'Anne Fontaine Les innocentes.



Un grand merci à Babelio & aux éditions XO sans qui je n'aurai pas pris aussi rapidement connaissance  de cet ouvrage. 

Philippe Maynial est le neveu de Madeleine Pauliac. S'il n'a pas eu la chance de connaitre cette dernière malheureusement disparue trop vite, il aura néanmoins l'occasion d'apprendre à la connaitre  grâce aux confidences de sa mère Anne-Marie Pauliac mais aussi par le bais des lettres, des journaux de bord écrits par sa tante ainsi que le  précieux témoignage de la dernière infirmière ayant travaillé pour l'Escadron bleu : Simone  Sainte-Olive dite "Sainto".

Dans cet ouvrage, l'auteur retrace l'extraordinaire parcours de Madeleine Pauliac, les épisodes marquants de son existence, son engagement volontaire dans l'Escadron bleu après la capitulation Allemande pour rapatrier les blessés Français et pour voler au secours des rescapés des camps de concentration.

Une héroïne voilà comment nous pourrions qualifier Madeleine Pauliac. Nous découvrons une femme de poigne, une fonceuse qui n'avait peur de rien et qui a dédié sa vie aux autres au détriment de la sienne. Impossible de rester de marbre devant toute l'horreur décrite, toutes les abominations qu'elle a vécue lors de ses nombreux déplacements en compagnie des infirmières et des conductrices ambulancières de l'Escadron bleu.

les membres de l'Escadron bleu
Philippe Maynial met également en lumière l'un des plus grands secrets de sa tante : le sauvetage des religieuses Polonaises violées par l'armée Russe et leurs enfants dans le plus grand des silences, cet acte de bravoure a été adapté en film sous le titre  "Les innocentes"



En définitive grâce à ce livre nous découvrons un pan de l'histoire mal connu qui pourtant à toute son importance. Là où nous pensons à la capitulation de l'Allemagne ainsi qu'au retour de la paix, nous ne parlons pas assez de l'après, aux déportés et aux prisonniers de guerre qui étaient bloqués dans d'autres pays et qui grâce au travail de l'Escadron bleu ont pu être rapatriés vers leurs territoires nationaux respectifs.

Je tiens à souligner qu'en plus d'avoir eu la chance de faire connaissance avec Madeleine Pauliac, une grande dame qui a marqué l'Histoire, ce livre est une véritable mine d'informations et de détails concernant cette période tragique, c'est un devoir de mémoire que de le découvrir et d'en parler autour de nous. Merci Philippe Maynial pour votre travail !